Entrez dans une ile où dragon et humains vivent en harmonie.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Maik Loumengo !

Aller en bas 
AuteurMessage
Maik Loumengo

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 25/08/2012

MessageSujet: Maik Loumengo !   Sam 25 Aoû - 23:49





MAIK LOUMENGO

CARTE
D’IDENTITE





Nom : Loumengo

Prénom : Maik

Surnom : Monsieur loutres 8D

Age : 28 ans

Sexe : Mâle ♂

Métier : Il s'occupe des phoques sauvages, il les nourrit, il soigne les blessés, il s'amuse à plonger avec eux aussi...voila, et il est payé pour ça sachant qu'il bosse pour une association d’entretien de la vie aquatique de l'ile 8D. En gros, il a des missions différentes chaque jours, et quand il en apas, il bosse pas, donc il fait ce qu'il veut. Par contre il peut être affublé d'une mission n'importe quand, nuit ou jour, même si c'est honnêtement hyper rare que ça soit imprévu...Ouais ce mec passe sa vie à la mer.
p.s: c'est plutôt bien payé 8] (non je déconne le salaire est moyen ._.)

Situation familiale : Marié et père de famille, c'est aussi l'ainé d'une GRAAANDEE famille

Statut social : Classe moyenne

Lieu d'habitation : Gealai

Tic : Il redresse tout le temps ses lunettes d'aviateur même si ça sert à rien...

Point physique distinctif : Lunette d'aviateurs qui sont toujours sur sa tête, sauf quand il plonge... cheveux roses et louches qu'il attache en queue de cheval courte quand il plonge, ou quand il veut...

Phobie : Peur des cygnes, attendez c'est hyper méchant ces truc! Il s'est fait martyrisé par cinq oies quand il était gamin et qu'il venait d'arriver sur l'ile, il est même allé à l'hosto et en garde quelques cicatrices, il est traumatisé à vie le pauvre!

DESCRIPTION
PHYSIQUE







Maik Loumengo a un physique peu classique il faut l’admettre. Non seulement ses cheveux, mais aussi sa peau, car il a la peau mate, voyez sa famille à la peau claire de part en part, vous vous direz « mais d’où est-ce que ça vient ? » eh bien, il est le seul de la fratrie à tenir sa peau de sa grand-mère, il est aussi celui qui a vécu le plus longtemps dans une ile a climat tropical, ce qui fait de lui quelqu’un aux habitudes et au physique particulier.
Mais nous sommes là pour le physique n’est-ce pas ? Parlons-en donc ! Tout d’abord de manière générale, eh bien, Maik est un garçon plutôt grand, il mesure en effet 1m89, il dépasse sa femme de deux bonnes têtes, mais ils s’en fichent. Grand, et athlétique ! Eh oui, c’est un homme très actif, son corps est, de ce fait, bien construit et fin. Il est évident qu’il passe beaucoup de temps à faire du sport et qu’il s’agit de quelqu’un d’agile, mais sa maturité n’est pas toujours apparente. Eh oui, Maik a un enfant, une petite fille d’ailleurs, et physiquement, personne ne le devinerait. Disons que son sourire abruti et toujours heureux et son regard naïf et actif empêche qui-que-ce-soit de croire qu’il peut être sérieux. Pourtant, quand il prend sa petite gamine blonde dans ses bras, on voit cette lueur d’amour et de responsabilités dans ces fins yeux marron.

Revenons à son physique les amis. De haut en bas maintenant que nous avons couvert l’ensemble du corps. Les cheveux de Maik Loumengo sont roses. Oui, vous m’avez bien lue, roses. A l’origine de couleur châtain, il se les est teints de cette couleur nommée Incarnadin. A quoi ressemble la texture de ses cheveux ? Ils s’avèrent ni épais ni fins, mais particulièrement rebelles, et il en profite en se les coupant trop courts pour qu’ils puissent tomber en arrière et trop longs pour qu’ils restent sur son crâne. Certaines mèches sont cependant assez longues pour tomber sur sa nuque ou devant ses oreilles, car deux larges mèches tombent toujours à cet endroit, entourant ainsi son visage en plus d’une frange droite. Ah oui, il se teint aussi les sourcils, ça le fait rire que les gens le regardent bizarre en croyant que ses cheveux sont naturellement roses. Qu'ils soient attachés ou détachés, il lui fait toujours quelque chose pour maintenir sa tignasse en arrière, le plus souvent ce sont des lunettes, mais ça peut aussi être un serre tête.
Eh oui, ça arrive, mais surement parce que son visage est très peu occidental, non seulement sa peau est foncée, mais en plus, ses yeux se trouvent être légèrement bridés, des vrais yeux d’un garçon des iles, bridés sans pour autant sembler asiatiques. Son nez est pointu, enfin de manière normale quoi… Son visage fait plein d’expressions différentes, mais pas volontairement, il ne les contrôle pas, son visage est la réflexion exacte de son âme, c’est certainement pour cela que son expression est toujours si douce et joyeuse.
Son corps est parsemé de petites cicatrices discrètes infligées par des cygnes tarés, elles ne sont pas flagrantes mais vous les verrez si vous regardez de près.

Eh bien comme je vous l’ai dit, il s’agit de quelqu’un de sportif qui passe sa vie à faire du sport que ça soit de la natation ou du surf, ses muscles sont, de ce fait, développés en conséquence, il a dont une force équivalente à cette masse musculaire.

Style vestimentaire ! J’ai rien d’autre à vous dire sur son physique de base ! Eh bien ça se voit directement qu’il n’est pas sérieux ! Il se balade le plus souvent en bermuda et torse-nu, avec un collier, souvent constitué d’un lacet en cuir long et orné d’un coquillage ou d’un truc divers en bois ou en métal. Il porte de nombreux bijoux, qu’il s’agisse de bagues, de boucles d’oreilles (bah oui, il a les oreilles percées !), de colliers ou peu importe !
Sinon, eh bien, il porte aussi des teeshirts et des pantalons, souvent des trucs larges. Quand il est forcé à porter un costard, il enlève toujours sa cravate et déboutonne les premiers boutons de sa chemise, il déteste être serré dans ses fringues.
Maik avoue qu’il est rare qu’il porte des chaussures, il n’aime pas ça et préfère marcher pieds-nus, mais bon, la société est faite ainsi et il vit dans une ile où l’hiver est long. D’ailleurs il supporte mal le froid, sachant qu’il a grandit dans une ile où il faisait plutôt chaud, c’est presque évident.

Que dire de plus, eh bien il a un très beau visage, fin, bien construit, ce qui fait de lui quelqu’un de particulièrement séduisant qui se fait de temps en temps draguer, mais, en mari et père de famille aimant, il repousse gentiment toute personne qui pousse un peu trop.
Un de ses accessoires préférés est ses lunettes d’aviateur, il les porte toujours, enfin presque, elles sont toujours sur sa tête, et parfois il les met devant ses yeux quand il fait du surf. Sinon, il a un léger problème de vue qu'il tient de sa mère, mais très léger, il a donc des lunettes parfois.
Je ne vous ai pas dit qu’il lui arrive de s’attachez les cheveux, car ils ne sont pas trop rebelles pour refuser d’être attachés, et quand il le fait, ils semblent directement plus longs car ils sont forcés à être maintenus vers le bas, à ce moment-là, ils atteignent le haut de son dos.

Sa mère porte un grand damne à sa façon de se coiffer. La couleur de ses cheveux ne la gène pas, mais elle n’apprécie pas le fait qu’un si beau garçon comme son fils ait les cheveux longs et le trouve bien mieux avec les cheveux courts

L’animal de compagnie de Maik est un Ara bleu, très affectueux, il aime beaucoup son maitre et est plutôt bien élevé, c’est pourquoi ils le laissent se balader dans la maison en liberté. Très attaché à son maître, Akao, l’oiseau, est toujours très enthousiaste de voir l’homme rentrer. Oiseau très social, il apprécie tous les membres de la famille. Maik l’a reçu à ses dix ans alors qu’il n’était qu’un très jeune oiseau, maintenant, l’oiseau a dix-huit ans et une bonne trentaine d’années devant lui. Parfois, Maik se balade avec lui sur l’épaule en ville, Akao connait son foyer et y retourne tout le temps.
Par contre, un autre animal qui se trouve chez eux est un chat, un chat blanc avec une tache noire sur l’oreille droite, une tache rousse sur l’oreille gauche, la queue rousse et le bout de la queue noire. C’est une petite femelle qui a à peine un an que Maik a offert à sa fille, mais le gros problème c’est que…Le chat n’aime ni l’oiseau, ni Maik, et ce, pour des raisons obscures. Bon, Akao s’en fiche, il s’amuse à se foutre du félin qui est un peu stupide, mais Maik se retrouve avec des griffes dans la jambe dès qu’il rentre chez lui et ce, jusqu’à ce que sa fille appelle le chat prénommé Nouille….oui, Nouille…D’ailleurs, la petite femelle adore la gamine et sa mère, en fait elle est sexiste et supporte pas les mâles je crois…
Dans leur maison, ils ont deux tortues aquatiques, une prénommée Norbert et l’autre Guimauve, elles nagent paisiblement, sortent parfois de l’eau pour se sécher, voila, la maison de Maik est une ménagerie, mais il l’apprécie beaucoup. Ces deux tortues appartiennent à sa femme.






DESCRIPTION
MORALE







Je vais être sincère, j’ai vraiment horreur de faire des descriptions morales, encore plus que les descriptions physiques, ce n’est pas agréable, pas concret, il n’y a pas d’autre manière de le faire que la manière classique comme avec le physique, c’est toujours la dernière chose que je fais dans mes fiches de présentations, alors je vous préviens d’avance qu’on va faire ça vite fait et vraiment parce que c’est nécessaire, donc ca va être pourri !

Donc ! Maik est quelqu’un de très jovial, il passe sa vie à sourire et à se marrer, à courir partout, à faire des câlins à sa femme, à chatouiller sa fille, il se monte comme un véritable imbécile heureux irresponsable, et beaucoup de personnes le voient ainsi, mais au final, quand il prend sa fille ou se femme dans ses bras, quand il s’occupe de ses sœurs, son regard traduit une grande maturité et un grand sens des responsabilités, car pour avoir été l’ainé de six enfants, il a souvent dû faire preuve de patience et de responsabilités, il en garde d’ailleurs un grand héritage.
Cependant, même avec sa fille, il n’est pas sérieux. Beaucoup de personnes pensent qu’il ne travaille pas et qu’il ne fait qu’aller à la plage, mais au final, il y travaille à la plage ! Bah oui, il s’occupe des phoques et de leur bien-être ! Il faut dire que ces pauvres bestioles sont chassées par les habitants d’une ile aux alentours, ils reviennent souvent blessés, et Maik fait attention à ce qu’ils soient soignés. C’est un genre de vétérinaire pour phoques et de gardien de l’environnement des phoques !
La plage, il a dore ça, vraiment ! Il y passe énormément de temps, que ce soit avec son surf ou sa tenue de plongée, son grand délire c’est la mer. Parfois, il s’assoit devant et regarde la marrée monter jusqu’à ce que ses pieds soient couverts d’eau salée.

Beaucoup de personnes s’accordent à dire qu’il est stupide et irréfléchi, ce qui est faux. Oui, c’est un casse-cou, quand il était adolescent, il sautait sur le dos de dragons sauvages pour faire un rodéo avec ses potes, il fait du surf dans des zones éloignées de la plage, il fait du Snow dans des montagnes rocheuses, c’est un grand casse-cou, et il ne montre pas souvent de l’intelligence, plus de la joie de vivre, alors beaucoup de personnes le croient stupides alors qu’il est finalement très intelligent. Il est capable d’étudier des choses pour créer la même chose en plans. Il a souvent hésité entre forgeron et son métier actuel, mais au final, il n’aurait pas aimé passer son temps derrière un brasier et du fer, lui, il préfère la nature, mais il est vrai que peu de personnes connaissent son talent pour les plans et les croquis permettant de créer des choses concrètes.

Si je devais lui nommer un défaut, c’est son aptitude à ne pas être sérieux et à être super actif. Oui, il s’agit de quelqu’un de responsable et tout, mais ça ne l’empêche pas de faire l’imbécile à tous va, beaucoup de personnes se demandent comment sa femme, une personne plutôt calme et studieuse, et sa fille, qui a hérité du caractère de sa mère, le supportent, mais le fait est qu’il n’est pas difficile à vivre au final. Même si il court partout et qu’il passe sa vie à embêter sa famille, c’est quelqu’un de bien, blagueur, généreux, joyeux, un peu crétin, et très original.

Oui, original. Voila un bon bout de temps que sa mère insiste pour qu’il se coupe les cheveux et retire ses piercings parce que d’après elle, c’est un beau garçon, et il est dommage de gâcher sa beauté, mais lui, il adore son style, à se balader en vêtements larges, voir pas de teeshirt ou de chaussures, ses cheveux attachés en queue de cheval de couleur rose, ses piercings, ses colliers, et puis, ça plait à Claire, sa femme, donc ça lui plait à lui !

Un autre de ses défauts, c’est le fait qu’il parle énormément. Il adore parler, qu’il s’agisse de sa fille, de phoques, de sa femme, de sa famille, en plus, il a la mémoire courte, donc il ne se souvient jamais à qui il a dit quoi, ce qui fait qu’il répète parfois trois fois la même chose à la même personne et ça a tendance à énerver les autres.

Fan de nature et, par extension, d’animaux, ce garçon a tendance à s’énerver à chaque fois qu’il voit une ordure par terre ou quelqu’un critiquer l’intelligence des animaux et considérer les Hommes comme supérieurs, c’est une des seules choses qui l’énervent, car il est très laxiste. Jamais il n’a vraiment engueulé qui-que-ce-soit, c’est surtout sa femme qui engueule Anaïs quand elle fait une bêtise.
Il est très bienveillant, et très proche de sa famille. Avoir cinq frères et sœurs est pour lui la meilleure chose du monde, tout comme avoir une femme et des enfants.

Les dragons ? Eh bien, ce sont des créatures fascinantes et un acolyte lui ferait plaisir, mais bon, il ne le cherche pas vraiment, il croit un peu au destin sachant qu’il a rencontré et revu sa femme par pure hasard.
Il a une bonne mémoire des visages et des voix, mais pas des noms, il pourrait reconnaitre une personne qu’il n’a vu qu’une fois et brièvement.


Niveau technologie, eh bien, il a un téléphone portable bien vieux histoire qu’il ne se casse pas trop vite, chez lui, ils ont un ordinateur et tout, mais au final, il ne s’en sert presque pas et préfère de loin le dessin et la lecture, ou regarder des dessins animés comme occupation. Ce qu’il adore, c’est les documentaires animaliers, il els regarde avec sa fille qui s’y intéresse aussi beaucoup. Pour la musique, ça il aime, mais il n’en écoute pas toujours.

Je sais pas quoi vous dire de plus mais j’en suis déjà à une page et demie de word, c’est pas mal non ? Non mais c’est vrai, j’ai plus rien à dire j’ai plus d’idée ! Ah si, il préfère le poisson à la viande et son odeur corporelle est celle de la mer et de l’herbe.
Autre chose ? Non ? Alors tant mieux, ça c’est fait ! Basta ! Oui, c’était vraiment nul !










LE MONSTRE
DERRIERE L'ECRAN








Prénom/Pseudo : Lif Eiksonn :D Jade !

Age : (facultatif) 17 ans

Comment avez-vous découvert le forum ? Hum ... Banana.

Pourquoi l’avez-vous choisi ? Parce que c'est le mien modafoka !

Une remarque? '^' Kapoué !

Un dernier mot? Jumanji.

Avez-vous lu le contexte et le règlement ? BIEN SUR QUE OUI CRETINS !

Prouvez-le !


Provenance de votre avatar (: Tsunami Jousoke from Inazuma Eleven




Dernière édition par Maik Loumengo le Mer 12 Sep - 14:48, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maik Loumengo

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 25/08/2012

MessageSujet: Re: Maik Loumengo !   Mer 12 Sep - 14:48


HISTOIRE





« Maik, jis vle ale! »
« Já Pabbi! »
Le petit garçon, le visage fin et les cheveux châtains, s’avance vers son père en courant, pieds-nus, sur le sable fin de la plage de son ile natale. Une vois arrivé en face du grand blond prénommé Shii, ce dernier le prend dans ses bras et le fait tourner dans les airs, sous les rires du petit garçon de trois ans, puis, ensemble, ils se dirigent vers une maison au bord de mer.
L’histoire de cette famille est compliquée. Il était une fois une jeune femme prénommée Anna O'Conor Don qui vivait sur une ile bien étrange, la dernière ile habitée par des humains où les dragons sont acceptés et bienvenus. Elle grandit joyeusement avec sa famille et, à ses neuf ans, rencontra un dragon qui devint son acolyte, le problème, c’est que même au sein des dragons, il y a des prédateurs, et lorsqu’elle avait atteint l’âge de dix-huit ans, son petit dragon fut attaqué par un grand dragon qui le blessa mortellement. A peine eut-il le temps de retourner auprès de son amie qu’il rendit son dernier souffle. De sa vie, la jeune femme n’avait jamais été plus triste, son cœur semblait s’être brisé, son âme s’était éloignée de son corps, une partie entière de sa personne était morte, elle décida donc de quitter son lieu de naissance. Elle s’éloigna, désirant voir le soleil, la mer, le sable. Elle qui avait uniquement vécu dans les plaines de la Eyjan Dreka, la plage lui était presque inconnue. Ainsi, elle atterrit sur une ile créole. Exerçant son métier de dessinatrice en ce lieu, elle fit la connaissance d’un jeune homme prénommé Shii, originaire de l’ile. Tous deux se marièrent et la jeune femme tomba enceinte, mais la grossesse ne se passa pas bien. Des jumeaux présents dans son ventre, un seul survécu à l’accouchement, et il fut prénommé Maik. Nous sommes à la troisième année de la vie de ce rescapé.
Cette étrange famille parle un mélange d’irlandais, d’islandais, et de créole, attirant les regards curieux de certaines personnes.
« Manmaaan ! »
Enfin de retour chez lui, le petit garçon court dans les bras de sa mère qui l’enlace avec amour. La jeune femme de vingt-deux ans aux cheveux bruns et aux lunettes rectangulaires regarde son fils toucher son ventre dans lequel réside son futur enfant.
« Manman, tu as vraiment mon petit-frère ou ma petite sœur là ? »
« Oui Maik ! »
« Et comment il va sortir ? » demande le garçon curieusement.
« Ça, tu veux pas le savoir ! » Ricana son père âgé de vingt-quatre ans en posant son sac.
Anna rit à son tour tandis que le jeune garçon regarde autour de lui, une lueur de curiosité dans ses fins yeux bruns. Soudain, il approcha ses lèvres du ventre de sa mère et dit :
« T’en fais pas, je les comprends pas non plus ! »

Le petit garçon était le stéréotype du garçon des iles. Sa peau était métissée de naissance, contrairement à celles de sa mère et de son père, générant de nombreuses questions, mais Maik est bel et bien l’enfant biologique d’Anna et Shii, sa peau vient de son grand-père paternel. Très actif et sportif, le jeune garçon ne passe pas une journée à l’intérieur. Qu’il pleuve, qu’il vente, qu’il neige (il ne neige jamais sur l’ile), il ira tous les jours s’entrainer au surf, nager, faire des châteaux de sable, courir partout, et ce, à la plus grande joie de ses parents. Il était leur trésor, leur raison de vivre, mais une nouvelle raison allait bientôt les rejoindre.
Cette nouvelle raison s’avéra être une petite fille aux cheveux blonds. Le choix du prénom fut difficile, devrait-il être créole ou irlandais ? Alors que les deux parents donnaient leurs arguments, Maik les interrompus :
« Manman, Pabbi, pourquoi vous lui donnez pas un nom de là où Manman vient ? Moi mon prénom vient de là où on vit non ? »
La vérité sort de la bouche des enfants, et cette simple phrase résolu le problème pour de nombreuses années à venir car Shii et Anna décidèrent d’alterner l’origine des prénoms, leur fille fut donc prénommée Maav, prénom irlandais choisi par la mère de famille.

Les années passèrent doucement, les saisons, sans grandes différences de climat, se succédaient, Maik s’épanouissait entre l’école, la plage, le surf, la natation, et ses amis. Il n’avait que huit ans quand il découvrit sa popularité. Il faut dire que son caractère extravagant et extraverti attirait les foules. Sa sœur, quant à elle, vivait plus dans son monde. Sans pour autant être trop sérieuse, la petite file étudiait beaucoup et s’avérait être très intelligente. Elle préférait la compagnie des animaux à celle des humains, mais restait une fille très blagueuse et souriante qui s’entendait à merveille avec son grand-frère. Ils passaient des après-midi, sur la plage, Maik allongé sur sa planche de surf (il s’était vraiment amélioré dans la discipline au cours des années), sa frangine assise sur une pierre émergée, il l’écoutait parler de la biologie marine, de la vie animale. Curieux, le jeune homme plongea sa tête sous l’eau, laissant ses cheveux désordonnés flotter autour de lui comme des tentacules. Pour la première fois de sa vie, il osa ouvrir les yeux sous l’eau et tomba nez-à-nez avec un phoque. L’animal le regarda une seconde avant de partir au large. Ne pouvant plus retenir sa respiration, Maik sortit se l’eau, haletant. Il dit :
« Eh ! Sis ! C’était quoi ça ?! Ça m’a fait flipper ! »
Morte de rire devant la tronche étonnée de son ainé, la blondinette dit :
« Ça, frangin, c’était un phoque moine ! Ça vit pas loin, mais ça a tendance à redouter l’homme, tu sais, parce qu’ils ont été beaucoup chassés…Mais dans le coin, y’en a beaucoup ! »
« Un phoque… » Murmura le garçon en tapant ses pieds sur l’eau.

Il avait dix ans, presque onze, quand les deux enfants furent conviés dans le salon. Ce fut la mère qui s’exprima :
« Les enfants, vous allez avoir un petit frère ! »
« ENCORE ? » s’exclama Maik, « Vous en avez pas marre ? »
Shii sourit à pleines dents :
« Jamais ! »
Maav n’avait pas écouté, elle regardait le ventre légèrement gonflé de sa mère avec curiosité et posa sa main dessus avant de lever ses yeux verts qu’elle tenait de sa génitrice:
« Dans ton ventre ? »
« Oui ! » dit Maik, « Comme toi ! » Il souriait bêtement.
« Je viens du ventre de Manman ? »
« Ouais ! » S’exclama son ainé.
Fascinée, la petite fille posa sa deuxième main sur le ventre et murmura :
« Je savais pas… »
Son frangin rit et dit :
« T’étudies trop les animaux et pas assez les humains frangine ! »
Le père de famille rit avec son fils avant d’ajouter :
« Mais c’est pas tout ! On déménage ! »
« DEMENAGE ? » Crièrent Maik et Maav en même temps.
« Waw…quelle synchronisation… » Remarqua la femme aux cheveux bruns.
« ON QUITTE LA MER ?! » Cria le plus âgé du duo.
« Non on… »
« ON VA EN VILLE ? » Hurla l’autre enfant.
« Pas vraiment… »
« Y’AURA DES PHOQUES ? » Demanda Maik.
« VOUS ALLEZ ME LAISSER PARLER OUI ? » Cria leur père. Le silence se fut. Un soupire de soulagement sortit des lèvres du blond qui continua, « On va sur l’ile natale de Manman, on se dit que cette maison sera trop petite pour trois personne, et Manman a une maison que ses parents peuvent lui offrir près de la plage dans une ville qui s’appelle Gealai. »
Tout excité, le garçon dit :
« C’est l’ile des reptiles volants ! »
Lui semblait savoir de quoi il parlait, mais sa sœur, non. Donc, le garçon se tourna vers elle et dit, tout excité :
« Ca a l’air génial là-bas ! Y’a des reptiles volants qui vivent avec les humains, ils sont gentils et parlent avec, et parfois, les gens en rencontrent avec qui ils s’entendent tellement bien qu’ils sont inséparables ! Maman avait un ami dragon, mais il est mort je crois, c’est pour ça qu’elle est venue ici, ça va être trop bien ! Il fait chaud là-bas ? » Maik s’était tourné vers ses parents pour cette dernière question.
« Oh, au moins deux mois de l’année ! » dit Anna en souriant.
« Deux… Mois ? » Maik avait bloqué, le jeune garçon avait trop l’habitude des climats chauds et constants, nager, faire du surf, se balader en bermuda, il était tellement habitué à ça… Mais l’idée de rencontrer des dragons était vraiment supérieure à cette habitude.
« Et on a des cadeaux pour vous, pour nous excuser de vous séparer comme ça de vos amis… » Ajouta le père.
Maav ouvrit son cadeau en première, une étrange boite qui bougeait, lorsqu’elle retira délicatement le tissu le recouvrant, une petite tête blanche et grise sortit de la boite trouée. Elle venait de recevoir un petit husky tout content de rencontrer sa maitresse. Maik reçut lui aussi une boite trouée, mais qui bougeait nettement moins, et quand il l’ouvrit, un petit oiseau, à peine de la taille du poing du garçon, dormait à l’intérieur. Anna dit :
« Pour toi, Maik, j’ai pensé que tu aimerais quelque chose qui te rappelle de l’endroit où tu as passé une grande partie de ta vie, toi, Maav, je sais que tu adores les husky et que tu m’en as souvent réclamé, par contre, il faudra le promener souvent ! »

Les deux enfants étaient heureux et nommèrent rapidement leurs animaux. La petite blonde prénomma le chien Shina, tandis que son frère nomma son oiseau Akao. Le déménagement fut rapide, la maison immense, si immense que les deux gamin pouvaient courir partout sans se faite engueuler. De la fenêtre, une magnifique vue sur la plage qui ravissait Maik qui s’empressa de s’approprier la chambre avec la meilleure vue. Ils fêtèrent l’anniversaire de l’ainé dans leur nouvelle maison de manière folklorique : le gâteau posé sur un carton encore plein et assis par terre.
Un matin, le garçon fut réveillé par un gros bruit sur le toit, il sauta de son lit, à moitié endormi, et hurla :
« PAS MA PLANCHE DE SURF ! PRENEZ TOUT MAIS PAS MA PLANCHE ! »
Akao lança un cri désapprobateur, Maik dit :
« Et…Akao… Excuse-moi mon pote ! »
L’ara, qui avait développé une affection pour son maitre, se posa sur son épaule pour frotter son bec contre la joue de ce dernier. Tout à coup, la porte de la chambre s’ouvrit et Maav, encore en pyjama, cria :
« TA PLANCHE DE SURF ET TON PIAF ? C’est tout ce que t’aimerais sauver si y’avait des voleurs ? T’as un problème frangin ! »
« Oh, tais-toi Sis ! Qu’est-ce que tu fous là ? »
« Manman m’a demandé de te chercher elle à un truc à nous montrer. »
Curieux, Maik la suivit, sa mère était à la porte, le soleil tapant, déjà levé, faisait briller les écailles d’un grand dragon blanc au visage aimable. Un homme était à ses pieds, mais le garçon ne l’avait pas remarqué, seul le dragon l’intéressait. Une voix féminine résonna dans sa tête :
« Bonjour jeune homme ! »
« Euh…Bonjour ! Vous allez bien madame la dragonne ? »
« Très bien ! Vous êtes nouveaux n’est-ce pas ? Vous êtes originaires d’une autre ile ? »
Maik hocha la tête en silence, la tête du reptile approcha de celle de l’enfant pour poser sa joue écailleuse sur celle de l’humain.
« Bienvenue ! »
Un grand sourire apparu sur le visage du garçon, il posa sa main sur le front du reptile et le caressa doucement. Très vite, elle dut partir, mais il s’avéra que l’homme était le facteur et la dragonne, son acolyte, qui l’aidait à faire son travail, Maik eut donc l’occasion de la revoir plus d’une fois.


Septembre arriva rapidement, et, pour la première fois de sa vie, Maik vit de la neige. Tout excité, le jeune homme sortit en pyjama avant de s’étonner du froid, sa mère lui fit enfiler deux pulls et une écharpe avant de le laisser sortir. Peu habitué à avoir tellement de vêtements, cela retira de l’enthousiasme au garçon, mais il finit bien heureux d’avoir autant de vêtement une fois dehors.
Quatre mois plus tard, en octobre, naquit un petit garçon aux cheveux bruns foncés et aux yeux bruns en amande que ses parents prénommèrent Sacha, il fut accueilli joyeusement dans la maison. Comme d’habitude, Maik s’entendait très bien avec lui.
L’été revint, à la plus grande joie du garçon qui allait à la plage tous les jours, montrant ses aptitudes en surf à ses nouveaux amis, nageant parmi la large population de phoques qui semblait ne pas vraiment craindre les êtres humains car ils étaient bien moins chassés. Un jour, Maik croisa un plongeur sur la plage et alla le voir. Il lui posa de nombreuses questions sur son travail et l’homme y répondit joyeusement, il s’occupait de l’entretien de la vie aquatique, s’occupant de la propreté de la mer et de la vie des récifs coralliens, il expliqua au garçon que l’ile primait l’écologie et la propreté des lieux de vies des animaux, mais que certaines personnes ne faisaient pas assez attention et qu’il arrivait de trouver un sachet dans l’eau, ou des ordures, même si ce n’était pas le plus gros problème. Il lui raconta qu’un jour, un de ses amis a dû s’occuper de soigner un phoque qui avait été blessé par un pécheur d’une autre ile, l’animal avait réussi à revenir mais était gravement blessé.
« Un phoque… » Murmura Maik.
« Tu t’intéresse aux phoques mon garçon ? »
« Já! » (La famille s’était habituée à parler uniquement en irlandais ou en islandais)
« Tu veux rencontrer mon ami ? »
Hésitant, Maik hocha la tête après quelques secondes de réflexion. Il prit sa planche de surf sous son bras et suivit le plongeur.
Après une entrevue avec un homme aux cheveux longs et fins, Maik se vit offrir une place comme apprenti, la curiosité maladive du jeune garçon avait fait sourire l’homme, et son intérêt pour son métier lui avait fait deviner que le garçon désirait suivre la même voie.
Une fois rentré chez lui, Maik s’assit à table, sa mère tenait Sacha dans ses bras, il dormait, Maav lisait un livre et Shii griffonnait des croquis sur un carnet. Tout sourire, l’ainé s’assit sur une chaise et dit :
« Manman, On m’a offert une place comme apprenti pour une association d’entretient de la vie aquatique de l’ile, je m’occuperais du bien-être des phoques et tout ! »
« OH SUPER ! » Cria Maav, pleine d’enthousiasme, faisant sursauter toute la famille. « Les phoques c’est super intéressant ! Moi je m’intéresse plus aux dragons, je pense que je vais faire des études pour pouvoir les étudier et écrire des livres sur eux ! C’est super intéressant, mais les phoques, c’est vraiment fait pour toi ! »
« Je suis d’accord, » dit Anna, « Je pense que c’est une excellente idée. »

C’est ainsi que commença l’apprentissage du jeune garçon prénommé Maik qui avait atteint l’âge de douze ans lorsqu’il le commença. Âgée de neuf ans, Maav avait rencontré son dragon acolyte, une magnifique femelle à plumes et à écailles multicolores, aveugle, la dragonne prénommée Altair avait survécu grâce à ses sens aiguisés significatifs de sa race. La dragonne était de taille moyenne et avait pris l’habitude de sauter sur le toit tous les matins pour réveiller la famille, ainsi, ils étaient tous devenus matinaux et prenaient la chose avec le sourire. Âgé d’un an, Sacha avait bien grandit, ses cheveux bruns étaient bordéliques et indomptables, comme ceux de son ainé, au grand damne de leur mère qui tentait tant bien que mal de les faire tenir droit.
Mais cela importait peu à Maik, ces histoires de cheveux, d’acolytes, lui, il voulait commencer son apprentissage. Et lorsqu’il l’eut commencé, sa passion pour les phoques ne fit qu’augmenter. Il apprit qu’il pouvait plonger en hiver comme en été sans problèmes, la plongée sous-marine était la chose la plus passionnante qu’il avait apprise. Son apprentissage suivait son cours, et lui, il faisait l’idiot.

Le jeune homme grandissait beaucoup, si bien que ses genoux faisaient mal, mais cela ne l’empêchait pas de faire du surf dès que la météo le lui permettait, et il plongeait presque tous les jours. Habitué à l’eau froide, il nageait en hiver comme en été. Mais sa plus grande occupation du moment, c’était de passer du temps avec sa bande d’amis, ils étaient trois en tout, lui, un garçon, et une fille, tous avaient quinze ans. Son meilleur ami se prénommait Aaron, et la jeune femme avait pour prénom Kath, garçon manquée et gros taré, ils s’entendaient tous les trois à merveilles. Parfois, Maik n’allait pas chez lui pendant deux jours car il partait en exploration avec ses amis. Ce qu’il adorait faire, c’était empoigner une corde, sauter sur le dos d’un dragon sauvage, balancer la corde autour du cou du reptile, et tenir sur le dos reptilien le plus longtemps possible en tenant la corde. Evidement, c’était Maik qui avait obtenu le record de quinze secondes avait de s’éclater au sol et de partir en courant, en riant et en s’excusant auprès du dragon.

Il avait atteint les seize ans, aucune blessure grave n’avait été causée par ses escapades, et son apprentissage était presque terminé. Il rentra chez lui, Akao sur l’épaule, et sa mère dans le salon accompagnée de son mari, Maav, et Sacha, qui avait maintenant onze ans et qui s’était avéré devenir un garçon ayant presque le même caractère que son frère ainé.
« ENCORE ? FRANCHEMENT ? » Cria Maav, ils n’avaient pas remarqué l’arrivé de l’ainé de la famille.
« Bon…jour ? Qu’est-ce qu’il se passe Manman ? »
Un sourire un peu inquiet, mais surtout heureux, s’afficha sur le visage de la mère de famille :
« J’attend des triplés, tu vas avoir des frères ou des sœurs. »
Maik comprenait pourquoi sa mère était inquiète, trois enfants d’un coup, c’était beaucoup de travail et beaucoup d’argent, surement plus d’argent que ce qu’ils avaient à disposition. Mais surtout, Maik savait qu’il avait failli avoir un frère jumeau, qui était mort né, et cela avait fait beaucoup de mal à sa Manman, elle devait certainement craindre un retour à cette histoire.
Cependant, Maik était confiant, il adorait sa famille et l’idée de la voir s’agrandir était géniale. Sa sœur et son frère étaient ses meilleurs amis, ses confidents, il s’amusait énormément et s’entendait à merveilles avec eux.
« Oh Maik, il faut que je te coupe les cheveux, ça fait longtemps, ils deviennent trop longs ! » S’exclama soudain sa mère, « tiens, laisse-moi m’en occuper ! » Elle empoigna une paire de ciseaux et s’approcha doucement de son premier fils.
« Euh…Non Manman, c’est bon, t’inquiètes pas, je pensais…me les laisser pousser…Tu sais… »
« Oh mais voyons Maik, tu es tellement beau garçon avec les cheveux courts, ça serait bête de tout gâcher ! »
« Mais Manman ! Je peux presque les attacher maintenant, ça serait stupide d’arrêter là ! »
Une dispute sans élévation de voix éclata entre la mère et son fils, dispute se finissant par la capitulation de la femme qui assura que ce n’était pas la fin de cette histoire. Maik soupira de soulagement, il aimait bien avoir les cheveux longs, et comptait bien les garder ainsi. Les maintenant en arrière avec les lunettes d’aviateur que son maitre lui avait acheté pour son seizième anniversaire, il aimait le style que ça lui donnait. Mais une chose restait à faire.
« Manman…Hm…Je voulais te demander si tu voulais bien que je me teigne les cheveux… »
« Bien sur Maik, ça ne me dérange pas, exprime-toi sur tes cheveux comme tu veux, mais ne les laisse pas devenir trop longs, ça serait vraiment dommage »
Euh…étrange sens des priorités…Mais elle avait dit oui ! Et c’était l’important ! Le lendemain, dès la fin de son cours, il se dirigea vers le coiffeur le plus proche et dit :
« Bonjour ! J’aimerai que vous me fassiez une teinture rose pale ! »

Le soir, il rentra chez lui, les cheveux de couleur rose, sa sœur explosa de rire, mais son père et son frère durent admettre que la couleur lui allait bien, sa mère ne dit rien, elle se contenta d’exprimer son envie de couper la tignasse de son enfant.

Un mois plus tard, Maik et ses amis étaient de retour dans la forêt, leur corde respective à la main quand le garçon aux cheveux roses attachés en queue de cheval aperçu un dragon endormi dans un coin d’herbe. Grimpant sur un arbre, Maik accepta le challenge. Il sauta sur le dragon, passant sa corde autour du cou, mais, pour la première fois, le dragon s’envola. Etonné, Maik s’agrippa au mieux à la corde, poussant des cris de joie et des rires, le veux dans sa queue de cheval et ses vêtements légers, le dragon volait à une hauteur suffisante pour que Maik soit certain que la chute ne serait pas fatale et ne briserait rien. Les grandes ailes du dragon noir bâtaient rapidement, il semblait vouloir jarter l’intrus le plus vite possible, il fit des vrilles, des loopings, et un d’eux acheva l’équilibre du garçon qui tomba pile dans une botte de foins. Il sortit la tête du foin et regarda le ciel et hurla :
« MERCI POUR LE VOYAGE ! » Il était mort de rire.
« Qui êtes-vous ? »
Etonné, le jeune-homme baissa son regard marron dans le bleu de celui de la gamine en face de lui.
« Huh ? » Il n’avait rien compris à ce qu’elle avait dit.
« Qui êtes-vous ? »
« Ní féidir liom a thuiscint cad a deir tú a chailleann » dit-il en irlandais, la langue la plus parlée dans l’ile.
La petite fille qui devait avoir treize ans, l’âge de sa sœur, tapa sa main sur son visage et lui tourna le dos, elle cria, ses mains en porte-voix :
« Papa ! Un garçon vient de tomber du ciel dans une botte de foin ! »
« Huh ? »
Il ne comprenait rien à ce qu’elle disait, quelle était cette langue ?
La gamine se tourna à nouveau vers lui et dit :
« Scanraithe tú na capaill! »
« Oulah, là je te comprends, mais t’as un accent terrible, tu viens d’où ? »
La fille soupira et partit en marchant, sans répondre. Maik sourit et s’extirpa du tas de paille en fixant la gamine super mignonne qu’il venait de rencontrer, qui était-elle ? Il avait envie de parler avec elle et de la connaître mieux que ça, cette fille qui avait l’âge de sa petite sœur, et là, il se trouva étonnamment tordu. Un cheval de trait noir attrapa un brin de paille coincé dans la queue de cheval du garçon qui se retourna en sursautant, il sourit, gratta le museau de l’animal en disant :
« Sers-toi, j’en ai pas besoin ! »
Il retira les plus grosses tiges avant d’enjamber la barrière pour partir. Il contacta très vite ses amis pour les assurer de sa bonne santé avant de rentrer chez lui.

« Oh Maik, qu’est-ce qui t’es arrivé encore ? Si tes cheveux n’étaient pas aussi longs, la paille ne resterait pas coincée dedans comme ça, laisse-moi m’en occuper ! »
« Non merci Manman, » dit Maik en riant, habitué à cette phrase, « J’aime bien mes cheveux comme ils sont merci ! Mais dis-moi, est-ce que tu connais, toi qui as voyagé, l’accent qui fait comme ça… » Il tenta tant bien que mal d’imiter l’accent de la petite fermière.
« Eh bien, ça m’a tout l’air d’une mauvaise imitation de l’accent français… Pourquoi ? »
« J’ai rencontré une petite française et je n’ai pas compris un mot de ce qu’elle a dit ! »
Anna rit avec son fils.

Les mois passèrent, et l’apprentissage du garçon touchait à sa fin, il était à son dernier jour et en profitait pour plonger avec son maitre avec son groupe de phoques préféré. Quand tout à coup, il sentit quelque chose frotter tout le long de son ventre, il sursauta comme on sursaute dans l’eau, c’est-à-dire au ralentit, et se trouva nez-à-nez avec un phoque beige avec une large tache brune sur le museau. Maik essaya quelque chose qu’il n’avait jamais essayé, il approcha doucement sa main de la tête de l’animal pour le toucher, ce que le phoque accepta avec joie.
Ils remontèrent à la surface en douceur, ils enlevèrent leur équipement et l’homme à la longue natte blonde dit :
« J’ai l’impression que tu t’es fait un ami, regarde, il t’a suivi ! »
Le même phoque avec la même tache sur le museau était sur la plage et regardait Maik d’un air insistant, ce dernier rit et s’accroupit devant l’animal :
« T’inquiètes pas, je reviendrais demain ! »
« Demain ? » demanda son maitre.
« Oui, je vais aller faire un peu de surf, il fait beau en ce moment ! »
Il saisit son portable et vit un message qu’il avait reçu pendant son dernier cours, ses yeux s’écarquillèrent et il se tourna vers l’homme et dit en reculant doucement :
« Euh…Je dois y aller, merci pour tout, je ferais de mon mieux dans ce travail, je vous remercie de m’avoir transmis votre savoir, mais je dois vraiment partir, c’est urgent, je suis désolé, et encore merci pour tout ! »
Il fit volte-face et partit à pas de course en entendant son maitre crier « Pas de quoi » en riant.
L’hôpital, l’hôpital, l’hôpital…Ah ! Ouf, c’était pas loin ! Arrivé au guichet, les cheveux encore trempés, sans sa chemise, Maik dit, essoufflé :
« S…S’il…vous plait…Où est-ce…où se trouve madame…A…Anna Loumengo… ? »
« Chambre 219 monsieur ! »
« Merci ! »
Sans dire un mot, il se dirigea vers l’escalier et les monta quatre à quatre en oubliant presque de respirer. Deuxième étage ! Il ouvrit la porte donnant sur le couloir, haletant, plein de transpiration, et vit Maav et Sacha assis, anxieux. La jeune fille blonde se leva d’un bond et se mit face à son frangin et murmura dans un ton de quelqu’un qui hurle :
« Bah c’est pas trop tôt crétin ! Manman est en train de mettre nos sœurs au monde et toi tu t’éclates avec des phoques ! »
« Sache, Sis, que je ne plonge pas avec mon téléphone dans la poche, c’est pas très sécuritaire ! Comment ça se passe ? »
Elle avait les larmes aux yeux, Maik commençait à avoir peur, s’était-il passé quelque chose ?
« J’ai peur Maik, j’ai peur que quelque chose se passe mal, j’ai peur pour Manman, j’ai peur pour les filles, j’ai peur qu’il se passe la même chose qu’avec ton jumeau, et si il n’y a qu’une survivante ? »
Des larmes commencèrent à couler sur les joues de l’adolescente, rassuré, le garçon aux cheveux roses la prit dans ses bras et dit :
« J’étais le premier enfant de Manman, c’est plus compliqué la première fois…je crois…T’en fais pas, tout va bien se passer ! »
« Et tout s’est bien passé ! »
Dit une voix familière et joyeuse. Shii était sortit de la salle de travail, tout sourire, il accueilli son enfant de cinq ans dans ses bras avant d’ajouter :
« Ce sont trois filles, comme prévu, la première est née il y a dix minutes et se prénomme Nya, c’est un prénom irlandais, la deuxième s’appelle Taina, c’est un prénom créole, elle est née cinq minutes après Nya, et la troisième s’appelle Owen, prénom irlandais. »
« Franchement vous allez m’expliquer ce délire d’alternance des prénoms ? Et Owen, c’est pas un prénom de garçon ? »
« Euh… »dit Maik, « Le délire vient de moi…quand t’es née, les parents arrivaient pas à choisir quelle origine ils devaient choisir pour ton prénom, et je leur ai dit d’alterner… »
La frangine se mit à rire.
« EH ! J’avais trois ans ! »
« Ouais, je sais, désolée ! Désolée ! »
Ils furent invités à rentrer quelques minutes plus tard, les trois petites filles étaient allongées près de leur mère, épuisée. Maik les observa attentivement et dit :
« Elle, c’est Nya, c’est ça ? » Sa mère hocha la tête, « Elle, c’est Taina…Elles sont presque identiques c’est dingue ! »
« Elles, ce sont les vraies jumelles, Owen est la fausse jumelle, elle te ressemble quand tu étais bébé… »
« Euh…si tu le dis… » Murmura Maik, trouvant cela un peu étrange d’être comparé à un bébé à peine sortit du ventre de sa mère qui était…moche…Bah oui, les nouveaux nés c’est moche ! Il fit part de ses impressions à ses parents, la mère dit :
« Tu verras quand tu auras des enfants Maik, tu les verras totalement différemment ! »
« Avoir des enfants…J’ai jamais voulu avoir des enfants et j’en aurais surement jamais…J’ai jamais eu de copine et j’ai jamais été intéressé par personne ! »
C’était faux, il se retenait de le penser, mais cette petite fille à l’accent français avait eu un sacrés effet sur lui, et ça lui faisait peur, elle était plus jeune que lui, elle avait treize ans maximum, qu’est-ce que ça voulait dire ? Qu’est-ce que ça signifiait ? Avait-il des fantasmes bizarres ?
« Et puis, passe 9 mois dans de la flotte, on verra à quoi tu ressembles après ! » Répliqua Shii, générant une explosion de rire dans la salle.

Les triplées étaient…agitées. Même si elles étaient toutes petites, elles passaient leur temps à jouer des tours divers et variés, peut-être même sans en être conscientes.
Maik avait commencé à travailler et aidait ses parents en leur donnant l’argent qu’il gagnait, après tout, il venait seulement d’avoir dix-huit ans et vivait encore chez eux. Akao était devenu totalement libre, le chien de la maison et lui s’amusaient comme des fous et étaient de très bons amis. Le phoque qui s’était lié d’amitié avec Maik était toujours avec lui quand il plongeait et le suivait partout, le plongeur l’avait prénommé Sele, phoque en créole. Parfois, il plongeait uniquement pour aller le voir.
Entre temps, et contre le gré de sa mère, il s’était doublement percé chaque oreilles et avait adapté sa coupe de cheveux à la longueur qui ne cessait d’augmenter. Au moins une fois par semaine, Anna insistait :
« Laisse-moi te couper les cheveux ! Tu es tellement beau garçon, c’est stupide de gâcher ça avec une coiffure pareille ! Oh, et quelle idée de te percer les oreilles comme ça ! »
« Maman ! J’aime bien mes cheveux ! Et qu’est-ce que t’en as à faire de mes piercings ? »
« C’est juste que tu es très beau et que… »
« Moi j’trouve Maik cool comme ça ! » répliqua Maav, sortant sa tête de son livre sur les dragons. Elle avait quinze ans elle maintenant, et était une véritable teigne, mais quelqu’un de très agréable, elle adorait montrer ce qu’elle pensait pour s’amuser. Elle lança un gros sourire à Maik tandis que leur mère s’éloignait en grommelant. Le garçon aux cheveux roses lança un clin d’œil à Sacha qui avait atteint les sept ans et qui était occupé à couper une tomate, il ricana. L’ainé s’assit en face de sa frangine et dit :
« Ep, Sis, comment se passent tes études ? »
« Bien, j’apprend plein de truc ! C’est incroyable, j’ai encore du mal à comprendre comment tu peux te focaliser sur les phoques quand y’a des dragons sur l’ile ! Altair est d’accord avec moi ! Bon, après tu fais ce que tu veux hein ! D’ailleurs, t’as toujours pas de dragon acolyte toi…Ca t’intéresse pas ? »
« Bah disons que c’est comme les filles, je laisse venir, ca me sert à rien de m’acharner, et je parle pas des masses aux dragons…En plus j’en ai quelques uns sur le dos vu que je leur sautais encore littéralement dessus y’a même pas un an de ça ! »
« Haha, le rodéo sur dragon ! D’ailleurs personne a jamais battu le record que t’as effectué sur ce dragon noir non ? »
« Jamais ! » Dit-il fièrement.

Des triplées, Nya et Taina étaient identiques, si bien qu’on peinait à els reconnaitre, tandis que Owen était bel et bien différente des autres, et ce, uniquement physiquement, car ayant atteint leurs deux ans, les petites étaient plus farceuses que jamais.

Profitant des derniers beaux jours de l’année, Maik se dirigea vers la plage avec son surf sous le bras, torse-nu, il sentait que les journées se rafraichissaient, mais il s’en fichait, il avait vraiment envie de faire une dernière séance de surf avant l’hiver, il s’y mit donc, se jouant du courant et des vagues pour s’amuser grâce à elles.
Epuisé, il retourna sur la plage, marchant doucement. De cette plage, il était possible de bien se diriger pour observer un beau couché de soleil. Il décida donc de rester là. Cette plage était assez éloignée de la ville, il n’était pas rare qu’elle soit complètement déserte, c’est pourquoi Maik fut étonné de voir une silhouette assise dans le sable, non loin de l’endroit où les vagues léchaient la plage. Curieux, le garçon s’approcha de la jeune femme, car c’était une jeune femme, assise dans le sable. Il posa doucement sa planche sur le sol et s’assit aux côtés de l’adolescente qui sursauta. Ses yeux bleus emplis de larmes rentrèrent dans ceux du jeune homme et dit avec un fort accent :
« Je…Vous connaît ? »
En entendant l’accent, Maik sauta sur ses pieds, la pointa du doigt et cria :
« AAAAAh ! T’ES LA GAMINE FERMIERE ! »
La fille se leva d’un bond similaire à celui de son camarade et cria :
« AAAAAH ! T’ES LE MEC QUI EST TOMBE DU CIEL ! »
Ils restèrent ainsi, se pointant des doigts, et Maik, soudain, sourit doucement et dit :
« Je m’appelle Maik, ravi de te revoir ! » Il s’assit.
« Je suis Claire, heureuse de te rencontrer ! »
Elle sembla joyeuse une seconde, puis, replongea ses pensées tristes dans l’océan qui s’étendait à perte de vue. Le jeune homme la regarda, pensivement, et lui demanda :
« Tout…Va bien ? »
« …Mes parents n’arrêtent pas de se disputer, et rejettent individuellement leur colère sur moi, et ce soir, ils m’ont dit de partir, qu’ils ne voulaient plus me voir, je n’ai pas vraiment d’amis, je suis dans la ferme depuis que je suis arrivée, je n’ai presque rencontré personne et je me sens de plus en plus seule…Surtout maintenant… »
« Pourquoi…t’ont-il mise dehors ? »
« Je leur ai dit que je voulais changer d’orientation, que je voulais devenir soigneuse de dragons…Mais eux, eux ils veulent que je reprenne la ferme, mais ça ne m’intéresse pas…et…et maintenant je suis perdue, je ne sais pas où aller… »
Elle enfonça son visage dans ses genoux, les ramenant le plus proche de sa poitrine possible. Maik était gêné, il ne savait pas du tout quoi faire, quoi lui dire…Il passa un bras hésitant autour des épaules fines de Claiwe…Clèwe…Clai’e…Comment devait-il dire ce mot ? C’était vraiment français…Mais passons, l’important c’était que son cœur avait un rythme irrégulier, quand la jeune femme se colla un peu plus à lui, le rouge monta à ses joues, et il se maudit. Punaise ca faisait deux ans ! Deux ans ! Elle avait l’âge de sa frangine nom d’un chien ! Elle avait quinze ans ! Et pire encore ! Treize ans quand ils se sont rencontrés, et il avait encore le béguin pour elle ! Il était vraiment grave. Mais bon, c’était pas l’important. Maik frotta le bras de Claire comme pour la réchauffer et lui dit :
« Si tu veux, tu veux venir dormir chez moi ce soir…on vit dans une grande maison à moins d’une heure de marche, et avec huit habitants, je pense pas qu’un de plus ou de moins ça changera quelque chose, on est toujours heureux de voir des nouvelles têtes... »D’un bond, il se leva et continua, « De toute façon t’as pas le choix, allez, viens ! » Il tendit sa main à l’adolescente qui la prit en souriant. Une fois debout, elle essuya les larmes coincées aux coins de ses yeux avant de sourire à pleines dents. Elle le suivit, sa main toujours dans celle du garçon, tentant de garder le rythme imposé par les longues jambes de Maik, elle dit :
« Huit ? Vous êtes huit ? Comment ça se fait ? Tu vis avec des grands-parents ? »
« Euh…Non, c’est juste mes parents, moi, ma sœur, mon frère, et les triplées… »
« Waw…Ils ont pas chômés tes parents ! Ils ont quel âge ? »
« Bah moi j’ai dix-huit ans, je suis l’ainé, ma sœur s’appelle Maav, elle a quinze ans, comme toi je crois…Mon frère a sept ans et s’appelle Sacha, et les triplées ont deux ans, elles s’appellent Nya, Taina et Owen ! On a aussi un chien et un oiseau en fait… »
« Waw… »
Ils discutèrent joyeusement toute la durée de la route. Comme l’avait prévu Maik, ses parents accueillirent Claire avec joie et bonne humeur, lui offrant de passer la nuit, de manger, et de rester tant qu’elle le désirait. Au milieu du repas, Anna dit :
« Dites-moi Claire, ne trouvez-vous pas que Maik ne devrait pas avoir les cheveux longs ? Je le trouve très beau garçon, et ça gâche un peu son beau visage ! »
Le garçon en question rit doucement en voyant la tête que tira Claire face à la question, l’invitée tourna la tête vers lui et sourit, Maik répliqua :
« Je t’ai dis Manman, mes cheveux me vont très bien, tout comme mes piercing, mes colliers, mes bagues et mes bracelets ! Tu fais vraiment un plat pas possible sur la longueur de mes cheveux je comprends pas, et comme le dit Maav, c’est… »
« Cool ! » Toute la famille tourna la tête vers Claire qui baissa les yeux et rougit légèrement, elle répéta, [color:1e9a=#2444SC]« Je…je trouve ça cool…Et, Maik est beau garçon, je doute que les cheveux courts lui iraient mieux que…Les cheveux longs…Parce que ça…lui fait un style bien à lui et…ca va bien avec…la forme de son visage et de ses yeux… »
Tous la regardèrent un peu étonnés, Maav dit :
« Eh bah Maik, on dirait que quelqu’un a un crush sur toi ! »
« Hein ? N’IMPORTE QUOI ! » Maik et Claire s’étaient levés en même temps, rouges tomates tous les deux, ayant criés sur le même ton de voix un peu paniqué, ils se regardèrent, un peu étonnés, avant de se rasseoir, leur gène provoquant un rire général auquel ils ne participèrent pas.

Ils montèrent ensemble, Maik dit :
« Désolé, c’est des imbéciles, j’ai jamais eu de copine, du coup ils essayent de me caser…Ils sont insupportables parfois à s’imaginer des trucs…Désolé de t’avoir mis dans l’embarras… »
« Oh, c’est rien, c’était amusant, chez toi, c’est bien plus joyeux et animé que chez moi…Ca m’a rendu ma joie de vivre, merci ! »
Très rapidement, elle se mit sur la pointe des pieds pour déposer un baiser sur les lèvres de Maik qui se figea et rougit comme jamais.
« Tu sais, » continua la jeune femme, [color:1e9a=#2444SC]« Je crois bien que c’est vrai, j’ai un petit crush sur toi, et je crois que c’est depuis la première fois que je tai vu ! Au fait, pourquoi tu appelles ta mère Manman ? »
Maik se remit de ses émotions et dit en souriant :
« Manman c’est le créole pour "Maman", j’ai grandit dans une ile créole, je connais donc l’irlandais, l’islandais et le créole, et à l’époque, je parlais créole avec mes parents, ça arrive encore d’ailleurs, mais il y a que ma sœur et moi qui le parlons parce qu’on est venus vivre ici avant la naissance du frangin. »
« Ca doit être sympa d’avoir une grande famille comme ça… »
« Ca l’est ! »
Ils passèrent encore du temps ensemble, assis sur le lit de Maik, remarquant qu’ils s’entendaient très bien. Très vite, Claire s’endormit sur le lit, clairement épuisée. Le jeune homme la regarda un moment en souriant doucement avant de poser une couverture sur elle. Il y avait quelque chose chez cette fille qui l’avait fait être amoureux d’elle pendant deux ans sans la voir, et la voila, endormie dans son lit, devant lui. Il s’allongea à ses côtés et s’endormit.

Une conversation entre les parents de Maik et ceux de Claire permit à la jeune femme de commencer de nouvelles études pour devenir soigneuse de dragons, elle et Maik se voyaient régulièrement. Un an après leur rencontre officielle, le plongeur sortait de l’eau, encore une fois, suivi par son ami phoque et tomba nez-à-nez avec la française qui lui souriait à pleines dents. Elle dit :
« Je savais que je pourrais te trouver ici ! J’avais envie de te voir ! J’ai un truc à te dire ! »
Maik rougit légèrement, son amour pour cette fille n’avait jamais disparu depuis ses seize ans. Il retira son équipement en la regardant avec curiosité, une fois fini, il se mit face à elle et dit :
« Je suis tout ouï gente dame ! »
Elle regarda un peu sur le côté puis, directement dans les yeux de Maik avant de se mettre sur la pointe des pieds et de poser ses lèvres sur celles du garçon. Un bond de travers du côté de la poitrine et c’était partit, il était heureux. Sans réfléchir, il laissa tomber son équipement, le lâchant de manière désinvolte pour le laisser s’écraser au sol pitoyablement, il posa sa main droite sur l’arrière de la tête de Claire et l’autre sur son épaule gauche. Il ferma doucement les yeux, et le baiser fut terminé. Quelques secondes plus tard, Maik rouvrit les yeux pour trouver la fille qui venait de l’embrasser devant lui, si proche. Elle fit un pas en arrière, murmura un « voila… » en français avant de partir en courant, glissant à plusieurs reprises sur le sable fin de la plage. Sans réfléchir, Maik lui couru après pour l’attraper par le bras et la tirer vers lui et l’enlacer. « Moi aussi » lui murmura-t-il dans l’oreille, « Moi aussi et depuis notre première rencontre. »

« Attend mec, c’est glauque ça ! » répliqua Maav aprés que Maik lui ait raconté l'évènement.
« Quoi ?! »
« Elle a mon âge ! Et la première fois que tu l’as rencontrée elle avait treize ans ! Tes élans de pédophilie tu te les gardes ! »
« C’est pas de la pédophilie abrutie ! »
« C’est quoi alors ?! »
« De…L’affection très puissante ? »
« POUR UNE GOSSE DE TREIZE ANS ! »
« ELLE A SEIZE ANS MAINTENANT ! »
« On se calme les gosses ! » dit Shii en souriant, « C’est pas vraiment trop tôt Maik, ca fait un an que tu lui tournes autour, t’aurais pu t’y prendre plus tôt ! »
« Ouais je sais, mais j’ai pas réussi…Mais je crois qu’on est d’accord là-dessus depuis qu’elle est venue l’an dernier… »

Le temps passa, vingt, vingt-et-un ans, Claire avait fini son apprentissage et était devenue soigneuse de dragons, vingt-deux ans, Maik l’avait demandée en mariage, demande qu’elle avait accepté.
La cérémonie fut joyeuse, très joyeuse, colorée, festive. Avant la cérémonie, Anna avait, encore une fois, insistée pour couler la tignasse de son fils qui avait refusé, mais elle insista pour lui mettre un costume bleu électrique, lui serrant le cou avec une cravate et en fermant sa veste, ainsi, Maik était particulièrement inconfortablement habillé, en plus, ses pieds étaient coincés dans des chaussures serrées. Il avait cependant réussi à passer la barrière de sa mère en cachant différents colliers et pendentifs liés à des liens en cuir, des objets que Claire lui avait offert.
La jeune femme arriva, habillée d’une robe verte ornée d’une large ceinture de tissus blanc. Elle aussi portait des chaussures qui semblaient affreusement inconfortables. Sa demoiselle d’honneur, Maav, portait une robe bleue claire. Après la cérémonie, place à la fête. Sans hésiter, Maik retira sa cravate et déboutonna les premier boutons de sa chemise, fit passer ses colliers devant, retira ses chaussures, et envoya tout valser sur le côté, peu lui importait de porter des chaussures et une cravate, il était très bien pieds-nus ! Sa femme fit la même chose, ses chaussures avaient mystérieusement disparues de ses pieds, elle le regarda dans les yeux, lui sourit, et, ensemble, ils se mirent à danser joyeusement.

Après le mariage, la vie reprit son cours, Maik décida de quitter sa maison, lui et Claire en achetèrent une tout près de la mer, si bien qu’ils pouvaient entendre les vagues grignoter le sable et les pieds de certaines personnes. Vingt-trois ans, vingt-quatre ans…
« Maik ! »
« Oui ? »
L’homme avait tourné la tête de son travail, un phoque blessé par un hameçon qu’il tentait de soigner, sa femme, vêtue d’une robe rouge, ses cheveux blonds la suivant difficilement dans sa course, sans réfléchir, il se tourna vers elle et la pris dans ses bras, évitant de poser ses mains pleines de sang sur les vêtements de sa bien-aimée.
« Qu’est-ce qu’il se passe ? »
« Oh, tu soignes un phoque ? »
« Oui, il a été méchamment blessé par un hameçon, mais ça va aller, qu’est-ce qu’il y a ? »
« Je reviens de l’hôpital… »
« Quelque chose ne va pas ? T’es malade ? »
« Non pas du tout, j’attend un enfant ! »
Le cœur de l’homme aux mains pleines de sang coula avant de revenir à la surface, il sourit à pleines dents et demanda :
« Il est de moi ? »
« MAIS BIEN SUR IDIOT ! »
« Aie ! Aie ! AIIIE je rigole haha ! » Sa femme avait entrepris de l’agresser de petites baffes sur le bras. Elle aussi riait.
Maik se tourna vers l’animal blessé et lui caressa le museau en lui disant :
« Je m’occupe de toi tout de suite ptit père ! »
L’animal poussa un petit grognement approbateur, l’humain retira ses gants pleins de sang, sa tenue de protection pleine de sang, se tourna vers Claire, la pris dans ses bras, la soulevant à dix centimètres du sol et tourna avec elle dans ses bras, il était tellement heureux que des larmes perlaient au coin de ses yeux. Il embrassa sa femme sur la bouche, le nez, le front, la spammant de petits bisous, elle, riait. Un petit râle attira à nouveau l’intention du futur père, il dit :
« Ouais, ouais, j’arrive, je m’occupe de toi ! Tu vas être en pleine formes en un rien de temps ! » Il embrasse sa femme une dernière fois avant de se remettre au travail.

« ENCEINTE ? » crièrent les triplées, de la même voix, et exactement en même temps.
« Tu déconnes hein ? Toi, père ? J’ai vraiment du mal à y croire ! » Dit Maav.
« je trouve ça super ! » dit Sacha, « Un petit neveu ou une petit nièce ! Et Claire et toi êtes super ensemble, un enfant c’est la meilleure chose qui peut vous arriver ! »
« Je suis d’accord, » confirma Shii, fièrement, « Tu as l’autorisation d’avoir cet enfant mon fils ! »[/color]

« Euh…je vous demandais pas votre autorisation hein …Vous auriez pas eu le choix… »
« Je suis vraiment heureuse pour toi Maik, je suis heureuse pour vous ! »
« Merci Manman ! »
« Et ces cheveux ne font vraiment pas père responsable ! »
« …T’as vu le mari que tu te trimbales depuis plus de vingt ans ? Tu oses me parler de père responsable ? »
Shii lança un sourire innocent à ses enfants qui éclatèrent de rire.

Neuf mois plus tard, elle naquit, leur petite perle, leur ange qu’ils prénommèrent Anaîs, petite blonde qui grandit joyeusement, tenant ses cheveux de sa mère, et ses yeux jaunes de son arrière-grand-père paternel qui avait eu la peau sombre, les cheveux noirs tressés et les yeux jaunes. La naissance de cette petite fille fut la meilleur chose qui arriva à Maik, sa mère avait raison, quand c’était ton enfant, tu t’en fichais de son apparence à la naissance, ce qui importait, c’était ce qu’il allait devenir. En tous cas, cette enfant était devenue joyeuse, active, mais plus calme que son père, curieuse et studieuse, un peu comme sa tante Maav, elle adorait son père et sa mère.
Quatre ans après sa naissance, Claire rentra, livide, inquiet, Maik lui demanda ce qu’il n’allait pas, sa femme se laissa glisser sur le sol, les yeux perdus dans le vide, de plus en plus inquiet, le jeune homme demanda avec empressement :
« Claire, qu’est-ce qui va pas ? »
« Je…J’attend des jumeaux… »
Maik eut la même sensation que quatre and auparavant, son cœur plongea et émergea, léger comme jamais, cette femme qu’il aimait depuis presque dix ans n’avait jamais vraiment perdu son accent, ses mots étaient toujours ponctués de ces sonorités françaises.
« Maman ? Papa ? Cad atá ar siúl? »
Le père de Anaïs sourit, cette petite avait pris l’habitude de les appeler "Papa" et "maman" dans la langue française. Il dit :
« Anaïs, tu avas avoir des petits frères ou des petites sœurs ! »
Une main tremblante agrippa l’épaule musclée du père de famille, il regarda sa femme, inquiet. Elle tremblait comme une feuille.
« Je…je suis heureuse, mais j’ai peur…Et si ça se passait mal ? Comme toi avec ton frère, et si je les perdais ? Je ne pense pas que je pourrais…Me relever après avoir perdu un enfant… »
Maik sourit, il avait l’impression de revoir sa sœur le jour de la naissance des triplées. Il posa doucement ses lèvres sur le front de Claire.
« Ne t’en fais pas, je suis là, tout va bien se passer, ces enfants seront en pleine forme, je te le promets, tu es une bonne mère, ne t’en fais pas. »
Anaïs regardait ses parents avec curiosité et demanda :
« Maman, ils sont dans ton ventre ? »



_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Maik Loumengo

avatar

Messages : 7
Date d'inscription : 25/08/2012

MessageSujet: Re: Maik Loumengo !   Mer 12 Sep - 14:51

Fiou! J'ai du poster l'histoire à part >< Voila, histoire bien présentée!

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kieran Séamus
♫ Agueudeubeu ♪
avatar

Masculin Messages : 132
Date d'inscription : 05/05/2012

Feuille de personnage
Âge: 22 ans !
Acolyte de...: PERSONNE ! HAHAHA
Relations:

MessageSujet: Re: Maik Loumengo !   Sam 15 Sep - 11:30

Okay ... enfin ! Je te valide ! Grosse flemmarde elle est très bien ta description morale, bon je retourne à mon histoire, mais je vous préviens tous que ça va prendre du temps. Bon ben wala, t'es prête pour nous filer ton arbre généalogique de ouf ?

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eyjan-dreka.forumactif.fr/
Lif Eiksonn
Admin
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 05/05/2012

Feuille de personnage
Âge:
Acolyte de...: personne pour le moment
Relations:

MessageSujet: Re: Maik Loumengo !   Sam 15 Sep - 11:35

Thankyou for nothing, your useless reptile!

Non, je pas dans 10 minutes je ferais ça dimanche soir ou lundi après-me.

_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eyjan-dreka.forumactif.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Maik Loumengo !   

Revenir en haut Aller en bas
 
Maik Loumengo !
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (Trahison-coop judiciaire Poitou-PA) Fralis
» Maik Ekko

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eyjan Dreka Rpg :: Administration :: Enregistrement :: Présentation des humains :: Fiches Validées-
Sauter vers: