Entrez dans une ile où dragon et humains vivent en harmonie.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Histoire de l'ile

Aller en bas 
AuteurMessage
Lif Eiksonn
Admin
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 05/05/2012

Feuille de personnage
Âge:
Acolyte de...: personne pour le moment
Relations:

MessageSujet: Histoire de l'ile   Dim 6 Mai - 20:18

HISTOIRE DE L'ILE

Il y a des centaines, des milliers d'années, un monde semblable au notre fut créée, océan, terre et ciel devinrent les trois lieux de vie. Les poissons peuplèrent les mers, puis évoluèrent et devinrent mammifères, de leurs pattes, ils peuplèrent la terre et un jour, dans l'ensemble du globe, des singes décidèrent de se lever sur leurs pattes arrières et d'évoluer doucement en êtres humains tandis que partout dans le monde, de la même manière, des lézards développèrent des ailes et peuplèrent le ciel et devenant les reptiles les plus puissants du monde.
Les êtres humains développèrent leur civilisation dans la crainte de ces créatures qu'ils considéraient comme démoniaques, transformant au fur-et-à-mesure leurs baraques de bois en baraques de pierre pour se protéger des flammes générées par leurs gueules maudites.
La civilisation bien développée, les attaques de dragon se répétèrent dans cesses, les humains, par peur, se cachaient tandis que certains, plus braves que d'autres, les chassaient avec férocité. C'est en l'an -1100 qu'un conseil d'ordre mondial se tint au sein des gouverneurs humains. Un traité en ressortit.

« Chaque ville et village du monde devra procurer un enseignement de chasse du dragon aux descendants afin de décimer ces animaux du démon. »

C'est ainsi que la tradition de chasse de dragon fut mise en place.
Petit-à-petit, les hommes et femmes du monde devinrent des chasseurs de dragons féroces, sans pitié, n'essayant pas de comprendre pourquoi ces reptiles volants aux pouvoirs de feu ne cessaient de les attaquer.

Le temps passa, progressivement, les dragons développèrent de nouveaux pouvoirs liés aux éléments pour survivre aux attaques des humains. Bien que le pouvoir de feu était le plus répandu, certains reptiles développèrent leurs sens, leur vitesse et d'autres devinrent électriques, contrôlaient le vent, crachaient de l'eau ; mais ces évolutions ne servirent à rien, dans l'ensemble des continents, le nombre de dragons diminuait considérablement et les êtres humains étaient de plus en plus déterminés à s'en débarrasser définitivement.
Sur une petite ile où vivaient des barbares dans un unique village, les dragons étaient encore bien présents malgré les nombreux chasseurs de dragons redoutables. Sur cette ile, la chasse aux reptiles géants était une tradition. Garçons et filles étaient entraînés à réduire ces créatures en charpie et, lorsqu'un enfant tuait son premier dragon, le village était en fête et acclamait le nouveau chasseur. Personne n'était pas capable de tuer un dragon, les barbares connaissaient toutes les races, toutes les sortes de dragons, leur puissance, leur comportement féroce et leurs faiblesses afin de s'armer contre les attaques.

Un jour naquit cependant un jeune garçon, fils du chef de village, lorsque ce jeune homme grandit, son père se rendit rapidement compte que jamais il ne tuerait de dragons à cause de son frêle gabarit et de sa maladresse ; cependant, le jeune garçon nommé Cuallaid insistait, voulant conserver son honneur d'homme, à apprendre à chasser les dragons comme tous les jeunes de son âge ; son père finit par céder. Tout heureux, le futur chasseur partit se balader dans la forêt, c'est là qu'il vit un dragon blessé boire dans un lac. Il semblait faible et désespéré.
Ne pouvant résister à la tentation, Cuallaid s'approcha a pas légers de la créature verte. Il se rendit soudain compte que les dragons étaient beaucoup moins grands qu'il le croyait. Observant pour la première fois un dragon de près, il marqua tous les détails qu'il pouvait voir. De larges écailles vertes parsemaient son corps, une tête ronde parsemée d'écailles plus fines, des yeux en amandes jaunes rappelant étrangement celles d'un chat et deux ailes de chauve-souris gigantesques étaient installées sur son dos. Les extrémités de ses doigts reptiliens étaient armées de larges griffes redoutables et sa gueule était remplie de crocs acérés. Une des ailes du dragon n'était pas pliée correctement, le jeune barbare devina qu'il avait été violemment blessé à l'aile droite pendant l'attaque de dragons qui avait eu lieu quelques jours auparavant dans son village. Le dragon tourna soudain la tête et, remarquant la présence de l'humain, se mit à courir en tentant désespérément de déployer ses ailes et de s'envoler. Cuallaid se lança à sa poursuite, se demandant non seulement pourquoi il faisait cela, mais aussi pourquoi l'animal ne l'avait pas attaqué. Quelques mètres après, il retrouva le dragon en train d'essayer vainement d'escalader une falaise qui lui bloquait la route. Cuallaid sortit un poignard de sa poche, il allait le tuer, ainsi, les autres habitants du village arrêteraient de le traiter de mauviette ! Mais lorsqu'il approcha l'arme du dragon, ce dernier se figea et le regarda dans les yeux. L'humain sentit toute la peur de l'animal et se rendit compte qu'il n'était pas monstrueux, juste normal, un simple animal. Le reptile s'enfuit en courant et Cuallaid rentra au village. Lors du diner, il demanda à son père :

« Papa, pourquoi chasse-t-on les dragons ? »

Un rire s'échappa de la barbe du chef de village.

« Parce que c'sont des monstres fils ! Ils brûlent les villages, tuent des hommes ! Et ça d'puis des centaines d'années ! Des bêtes stupides et irréfléchies qui ne pensent qu'à détruire ! »

Le lendemain, son professeur de chasse de dragons affirma aux enfants qu'un dragon incapable de voler était voué à mourir. Sans réfléchir, l'élève s'échappa de la classe et partit à la recherche du dragon vert émeraude dans la forêt. Il mit peu de temps à le trouver, blessé, il était retourné à la clairière où se trouvait la falaise qui lui avait barré la route la vielle. Dès qu'il vit le garçon, il ne tenta pas de fuir mais se colla contre la falaise et l'observa avec méfiance. Il savait qu'il ne pouvait pas fuir, il était intelligent. Doucement, le garçon s'approcha, main tendue vers l'animal pour essayer de le toucher, mais le dragon grogna en reculant sa tête le plus possible. Le fils du chef de village s'assit sur l'herbe et regarda le dragon qui, après un moment, avait abandonné sa méfiance et vivait sa vie, tentant avec grande peine de chasser du gibier qui fuyaient trop vite. Le lendemain, le garçon revint mais, cette fois-ci, avec un plein panier de viande qu'il posa par terre avant de s'en éloigner, le dragon, sans réfléchir, sauta dessus ; Cuallaid approcha sa main de lui et la posa sur son long cou, provoquant une réaction immédiate de l'animal qui tourna sa tête ronde vers lui et le fixa avec ses grands yeux jaunes. Il s'approcha doucement, très doucement de l'homme qui avait arrêté de lui toucher le cou. Il hésita un instant puis colla sa tête contre le corps du garçon en signe de remerciement pour lui avoir sauvé la vie.

Dès ce jour, le garçon sortait tous les jours dans la forêt pour passer du temps avec son ami dragon qu'il commençait doucement à connaître. Il se rendit vite compte que son aile ne pourrait pas repousser, cette fine membrane était comme un drap qu'on déchire, impossible à réparer, alors il commença à travailler sur une prothèse en cuir léger qui permettrait à l'animal de voler à nouveau. Il y travailla toute la nuit et alla à la clairière avec le lendemain. Lorsqu'il demanda à son ami de tendre son aile, ce dernier se montra à nouveau méfiant et recula, alors l'homme lui expliqua ce qu'il voulait lui faire et le dragon lui tendit son aile, non sans un minimum de méfiance, mais il se laissa faire, observant avec curiosité les cercles de fer léger se fermer sur l'armature de son aile. A peine le petit homme eut-il fini d'installer sa prothèse que le dragon s'envola et disparu dans les cieux.
La tristesse s’empara du garçon, son ami venait de fuir, ou peut-être allait-il revenir…Dans le doute, il s’assit dans la clairière et regarda le ciel en réfléchissant. Des « Bêtes stupides et irréfléchies qui ne pensent qu’à détruire » avait dit son père, mais ce n’était pas vrai, les dragons sont intelligents, ils ont de la compassion, ils ont peur et sont capables de faire confiance alors pourquoi les humains et les dragons mènent-ils une guerre constante depuis tant d’années ? Comment cette querelle avait-elle commencé ?
Quelques minutes seulement passèrent quand une ombre ailée descendit du ciel, Cuallaid se leva d’un bond et l’observa, l’ombre allait tellement vite qu’il n’eut pas le temps de se rendre compte que l’animal fonçait droit sur lui qu’il fut attrapé par son vêtement et jeté sur le dos écailleux pour monter dans les cieux à une vitesse impressionnante. La peur s’empara de lui, il s’agrippa au cou du dragon, mais rapidement, cette peur se transforma en joie et l’ami du dragon se détendit et observa son ile natale du ciel.
Ils passèrent quelques minutes dans le ciel avant de se reposer dans cette clairière qui était devenue leur coin secret, au moment précis où il fut posé par terre, le dragon sauta sur lui, le plaquant au sol et lui donnant de grands coups de sa langue râpeuse sur le visage. Ils étaient définitivement devenus amis, il le nomma Easca. Lorsqu'il se releva, il se rendit vraiment compte que le dragon n'était pas très grand, son corps faisait un mètre soixante de long et un de large, sa queue faisait un mètre trente de long maximum tout comme son cou, ses ailes faisaient près de deux mètres lorsqu'elles étaient entièrement dépliées. Il se demanda soudain quel était le pouvoir de son ami, il lui posa la question et directement, la créature se leva sur ses pattes arrières et d'un grand battement créa une énorme bourrasque qui, de sa puissance, fit tomber un arbre. Ebahi, le garçon regarda l'arbre déraciné bouche bée tandis que l'animal s'allongea à ses côtés et bailla avec puissance. Il était donc un dragon d'air...étonnant...
Cuallaid décida que maintenant que la nuit était tombée, il ne pourrait plus rentrer au village, il s'endormit donc aux côtés de Easca. Il s'éveilla en sursaut au milieu de la nuit en entendant des petits cris animaux. Lorsqu'il ouvrit les yeux il vit deux dragons de petite taille, deux mètres de long et un de large maximum, courts sur patte et aux petites ailes, un rouge et un vert, se disputer pour un morceau de viande. Lorsqu'ils virent l'humain, ils s'arrêtèrent et le regardèrent effrayé, un large grognement émanant de l'ami du barbare sembla rassurer le duo qui approchèrent et s'allongèrent près du garçon qui se demandait toujours pourquoi les humains pensaient que les dragons étaient de tels monstres.

Le lendemain matin, il fut éveillé par une voix humaine au loin appelant son nom et se dirigeant dangereusement vers la clairière. Le jeune garçon se leva en sursautait appuya le plus fort possible sur les côtes de son ami pour essayer de le réveiller. Il y parvint rapidement mais ne comprenant pas ce qui se passait, Easca ne bougeait pas ; il était bien dressé sur ses pattes cependant, il semblait particulièrement dans les vagues et s'approcha doucement d'un petit ruisseau présent dans la clairière pour boire tandis que Cuallaid le poussait de toutes ses forces en le traitant de tous les noms. Après un bruit de branches interminable, un homme entra dans la clairière, le chef de village. En voyant le dragon, il sortit sa hache et courut en criant vers le dragon qui venait seulement de le remarquer. Le fils de l'attaquant se posa entre ce dernier et le dragon en suppliant son père d'arrêter. L'homme mit un bout de temps avant d'accepter d'écouter son fils, surement parce qu'il voyait que le dragon se cachait verrière l'enfant sans les attaquer. Ecoutant l'incroyable récit de son garçon, l'homme ne crut pas ce qu'il disait, jusqu'à ce que Cuallaid lui montre la gentillesse du dragon.
Il fallut des années pour que la population accepte cette idée et que la chasse aux dragons disparaisse de l'ile. Le temps passa.

Cela faisait quelques temps que les dragons avaient entièrement disparus de toutes les îles du monde et les êtres humains gardaient en tête leur horreur des dragons, c'est pourquoi les survivants restaient sur l'ile qui était le seul réel lieu sur pour eux, de plus, sur cette ile, il faisait bon vivre, sans la chasse aux dragons, les dragons libres vivaient en paix et les êtres humains s'occupaient d'eux et de la nature à merveille. Quelques années après la fin de la chasse aux dragons, les humains, gouvernés par Cuallaid, se rendirent compte qu'ils pouvaient lier des liens amicaux très forts avec les reptiles volants, ce que firent de nombreux habitants.
C'est alors que le chef de village instaura une tradition qui remplacerait celle qu'il avait supprimé dans ses premiers mois en tant que chef de l'ile : chaque habitant le désirant peut se lier à un dragon, un lieu d'amitié, un lien d'acolyte. Les dragons ne devront pas être choisis, mais ils devront se choisir ensemble, une amitié comme une autre. Les enfants à partir de huit ans pourront chercher leur dragon, aucune limite d'âge. Lorsqu'une personne aura créé un lien, une fête sera organisée en leur honneur. Un souci de ce système était le fait que les dragons n'étaient pas autorisés en ville, certaines personnes avaient essayés de faire entrer leur ami mais, ils avaient tout détruit, c'est pourquoi, tous ensemble, de construire un village aux rues plus larges et aux maisons moins hautes dans la prairie, afin de laisser les dragons vivre avec eux. C'est ainsi que le second village naquit, entre les mains de Cuallaid, l'homme le plus influant de l'histoire de l'ile. Il mourut en prenant une dernière décision : détruire le premier village et le reconstruire de la même manière que le second. Son voeu fut exaucé par les habitants. Ces derniers, pour le second village, avait repris l'usage du bois dans le sens où ils ne subissaient que très peu d'attaques de dragon, elles s'élevaient à une par année maximum, de plus, les dragons qui décidaient de les attaquer étaient repoussés par les acolytes mais aussi par certains sauvages qui n'avaient rien contre les humains.
Avec le temps, le lien entre humains et dragons devint si puissant que les reptiles, qui comprenaient déjà le langage humain avant, apprirent à leur parler par l'esprit. C'est ainsi que, génétiquement, chaque dragon peut communiquer par l'esprit avec chaque humain.

Le temps passa, la technologie avança, on tenta de faire entrer les voitures sur l'ile, mais les animaux de compagnie préférés de l'ile détestaient l'odeur des engins et les écrasaient, on abandonna donc l'idée très rapidement ; de plus, personne n'en vit l'utilité sachant que personne n'aimait particulièrement ce moyen de transport, beaucoup préféraient traditionnellement les dragons ou d'autres moyens plus classiques comme la bicyclette et l'ile était trop petite pour rendre voiture, trains ou avions indispensables. L'air de l'ile est pur, il y a peu de touristes car personne ne connait vraiment son existence et les habitants ne veulent pas d'eux, les langues traditionnelles y sont restées très présentes tel que l'Islandais et l'Irlandais, des écoles furent rapidement instaurées, lycées, universités, des classes sur les dragons mises en places, les ordinateurs et les téléphones portables tout comme la télévision sont utilisés mais les enfants restent sauvages, préférant sortir jouer qu'être sur l'ordinateur, l'industrialisation est minime et les marchands vendent uniquement des produits locaux.

C'est ainsi que naquit la Eyjan Dreka, l'ile des dragons, tel qu'elle existe aujourd'hui, en cette année 754.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eyjan-dreka.forumactif.fr
 
Histoire de l'ile
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Page d'histoire: Tiresias Augustin Simon Sam, president.
» Une petite histoire ... pour se remonter le moral !
» « Mais j'trouve pas de refrain à notre histoire... »
» Page d'histoire: Mefaits de l'occupation Americaine (1914-19

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eyjan Dreka Rpg :: Administration :: Le foutoir traditionnel-
Sauter vers: