Entrez dans une ile où dragon et humains vivent en harmonie.
 
AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Ami, famille, révélation et titre niais [PV Kieran]

Aller en bas 
AuteurMessage
Lif Eiksonn
Admin
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 05/05/2012

Feuille de personnage
Âge:
Acolyte de...: personne pour le moment
Relations:

MessageSujet: Ami, famille, révélation et titre niais [PV Kieran]   Sam 4 Aoû - 0:42

[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien]
® code by Lif
Ami, famille, révélation et titre niais. Partie 1 :

♠ C'EST DÉCIDÉ! ♠


Après une belle partie de jeux vidéo qui prit un tournant de match de catch, Lif se sentit elle-même à nouveau. Elle ne rougissait plus quand elle regardait son ami et arrivait à lui parler normalement. Son assurance avait repris le dessus, supportant à présent l’amour qui s’était incrustée dans son esprit. Elle emballa le gâteau qu’ils n’avaient pas mangé, assurant Kieran qu’ils le mangeraient avec sa famille, et ils purent partir, laissant Belly seul dans l’appartement.
Mais au final, Lif n’était pas complètement normale car elle n’osait plus vraiment prendre la main de Kieran comme elle avait tendance à le faire avant, car pour elle, maintenant, ce geste avait pris une signification complètement différente. Elle marcha donc à une distance légèrement plus grande que normalement, mais la différence n’était pas vraiment notable et elle priait pour que Kieran ne le remarque pas. A part ça, aucune différence, elle regardait souvent le visage de son ami illustrateur qu’elle appréciait encore plus qu’avant qu’elle ne rentre chez lui ce même jour, et riait de bon cœur.

Ils arrivèrent vite chez elle, et son frère squattait déjà sa console avec sa petite amie. La jeune femme aux cheveux blonds venait apparemment de gagner un tournois car elle avait les bras levés et lançait des cris de victoire quand Lif arriva en haut de l’escalier, et, donc, dans son salon. Très vite, elle posa le gâteau et s’accroupit pour saluer Heka à qui elle avait manqué. Elle s’excusa au toutou de ne pas l’avoir amené avec elle et se leva, ramassant le gâteau.
« Salut frangin ! Salut Layla ! »
Les deux lui rendirent son salut, lui souhaitant par la même occasion un bon anniversaire. Elle rentra dans la cuisine poser la pâtisserie faite par son ami en disant :
« Kieran m’a fait un gâteau, on va le manger ce soir, mais je garantis rien ! Je préfère que vous sachiez que c’est pas moi qui l’ai fait…On sait jamais ! »
Son sourire était espiègle quand elle regarda le rouquin. Elle se moquait, comme d’habitude, délicieusement comme d’habitude.

Peu de temps après, sa mère arriva de Gealai, accompagnée de son dragon acolyte prénommée Astrid qui, contrairement au dragon de Holm, pouvait rentrer dans l’appartement sans tout pêter. Ensemble, ils dinèrent, tous avaient aidés Lif à préparer le repas. Holm dit tout à coup :
« Dis-moi Lif, c’est pas tous les jours que tu laisse tes cheveux détachés, je t’ai jamais vue comme ça je crois… »
Elle rougit légèrement, fort heureusement, la lumière des bougies cacha ses teintes rosées, mais Kieran, assis juste en face d’elle, l’avait peut-être déjà vu…La jeune femme dit :
« J’avais…La flemme de me les attacher…Ils refusaient de m’obéir aujourd’hui mes cheveux… »
Contre toutes attentes, ce pauvre mensonge à deux balles fit directement passer la phrase de cet idiot de grand-frère comme une simple discussion rapide entre frère et sœur.
Au fil du repas, et même de la soirée, beaucoup de réflexion sur le fait que Lif et Kieran iraient bien ensemble fusèrent, et, au fil des remarques, la jeune femme parvint à cacher de mieux en mieux sa gêne et à rire en criant qu’ils n’étaient pas ensemble. Mais Unna, sa mère, la regardait avec un sourire réconfortant, comme si elle avait compris.
L’heure des cadeaux était arrivée, de sa mère, elle reçu un nouveau casque à musique, de son frère et de sa copine, elle reçu un giga livre de recettes et Kieran lui fit don d’un grand paquet, près de quarante centimètres de haut que Lif hésita presque à arracher, mais elle le fit tout de même et un dragon en crochet, vert et blanc, se dévoila. Elle ne savait pas quoi dire, son cœur battait super vite et ses joues étaient écarlates, une larme coula sur sa joue, sans réfléchir, elle prit la peluche dans ses bras et la serra le plus fort possible en remerciant toute sa famille et son meilleur ami, leur assurant qu’elle prendrait grand soin de ces cadeaux.
Ils mangèrent le gâteau du rouquin dans la bonne humeur, tout le monde le trouva très bon, même Lif qui, cependant, affirmait qu’il était dégueu et qu’elle se forçait à le manger. Mais au final, elle en prit une seconde part en souriant à pleines dents. Elle était heureuse, très heureuse.
S’en suivit une partie de pictionnary qu’elle gagna en équipe avec l’illustrateur (ouais, c’est un peu de la triche, mais on s’en fiche), puis, tous se dirigèrent vers la chambre de Lif, sauf Kieran, qui dormait sur le canapé.
Comme elle regrettait de ne pas l’avoir fait dormir dans son lit, mais elle n’avait pas tant de place au final, même si c’était un futon…L’appartement n’était pas gigantesque…ni sa chambre. Elle resta un peu, faisant la vaisselle et regardant Kieran de temps en temps, en souriant. Puis alla se coucher à son tour.

La jeune femme ne dormit pas de la nuit et finit vite sur le bord de la fenêtre à regarder les étoiles en réfléchissant. Ses sentiments lui étaient clairs, mais pas ceux de Kieran, comment devrait-elle les lui annoncer ? Elle ne pourrait pas les cacher bien longtemps et était plus ou moins certaine qu’il ne la jettera pas hors de sa vie si jamais il ne ressentait pas la même chose. Elle pensait à cela en regardant une photo de son père, comme si cet homme à l'étrange bouc et au sourire figé à jamais pouvait l'aider, et en fait, c'était le cas. Elle se retrouvait dans le regard pétillant de l'homme. Même si ses yeux avaient la même couleur que ceux de sa mère, Lif ressemblait étrangement à son défunt père de par son caractère et ses expressions, c'est pourquoi elle aimait observer un de ses portraits quand elle réfléchissait. Elle se demanda d'ailleurs pourquoi elle était tombée amoureuse de Kieran, étais-ce parce qu'il ressemblait à son père? La jeune femme lui avait dit si souvent...Ou étais-ce pour une autre raison? Et puis, qu'est-ce qu'elle appréciait chez le rouquin? Elle n'en savait rien.
La nuit passa à une vitesse hallucinante et Lif, à huit heure, s’habilla d’un débardeur vert clair et d’un jean serré et noir avant de sortir de la chambre en faisant le moins de bruit possible pour ne pas réveiller sa famille, ni même son ami qui dormait peut-être encore. Elle était décidée à lui annoncer sa révélation sentimentale de la veille.


_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eyjan-dreka.forumactif.fr
Kieran Séamus
♫ Agueudeubeu ♪
avatar

Masculin Messages : 132
Date d'inscription : 05/05/2012

Feuille de personnage
Âge: 22 ans !
Acolyte de...: PERSONNE ! HAHAHA
Relations:

MessageSujet: Re: Ami, famille, révélation et titre niais [PV Kieran]   Sam 4 Aoû - 2:13


® Code by Lif

Ami, famille, révélation et titre niais. Partie 2:

♣Well ...♣

Kieran ouvrit lentement les yeux, grommelant un truc incompréhensible. Comme d'habitude dès qu'il se réveillait, il tentait de se remémorer où il était. Vu le truc mou sur lequel il était affalé, il était chez Lif. Il se redressa doucement en se frottant les yeux. Même si les volets étaient fermés, dieu ce qu'il faisait chaud ! Sa soirée d'hier revenait dans son cerveau brumeux par épisodes, et la pauvre cervelle endormie du rouquin essayait tant bien que mal de remettre les morceaux en place.

Kieran et Lif étaient rentrés chez elle, son appartement se trouvait au dessus de sa pâtisserie, située dans une rue égarée de Gréine. Au moins ça il s'en souvenait. Ensuite ils avaient fêtés l'anniversaire de la jeune femme en compagnie de son frère ainsi que sa copine, et de leur mère. Le dessinateur avait remarqué tout au long de la soirée, les légers rougissements de la brunette lorsqu'elle le regardait. Kieran avait de plus en plus l'impression que ses sentiments à son égard avaient changés depuis peu. Quand à ceux du rouquin, ils restaient inchangés, il éprouvait toujours cet amour flamboyant pour son amie, mais il s'y était habitué et savait presque parfaitement simuler une amitié, l'amitié voulue, alors que lui voudrait bien plus. Le grand basketteur se rallongea, sur le dos, les bras croisés derrière la tête, essayant de reprendre le cours de sa pensée.
Lorsqu'il avait offert son présent à sa meilleure amie, elle avait semblé si heureuse que le rouquin avait gardé un sourire niais sur les lèvres pendant une bonne vingtaine de secondes.

Une phrase revint alors dans l'esprit de Kieran, prononcée par Holm, le grand-frère de Lif. Ils parlaient ensemble à la fenêtre, avant de se coucher.
« Dis, c'est pas à cause de toi que ma nouille de sœur se détache les cheveux ? »
Le rouquin avait regardé son interlocuteur d'un air étonné et avait répondu du tac au tac.
« Mais comment tu veux que je sache ça moi ?! Va lui demander j'en sais rien … mais … tu trouves pas que ça lui va bien ? »
Les derniers mots de sa phrase, il s'en souvenait parfaitement, avaient changé d'intonation, pour finir sur une question posée d'une voix un peu gênée. Holm avait ri, déclenchant accidentellement une crise de fou rire entre les deux garçons.

Ah, Kieran se souvenait aussi que Lif s'était moqué de son gâteau jusqu'au bout, même si elle en avait reprit, mais elle l'avait aimé, et Kieran en fut comblé. Il était allongé sur le canapé, souriant bêtement, les yeux fermés, mais son sourire s'effaça rapidement en se rappelant d'une chose. La mère de Lif, Unna, semblait avoir compris qu'un truc se passait, ou s'était passé entre lui et sa fille. Certes, Kieran avait pleuré toutes les larmes de son corps avec Lif fans les bras, et certes il était fou amoureux d'elle, mais comment avait-elle pu le deviner ? Est-ce que les mères avaient vraiment une sorte de pouvoir qui faisait qu'elle remarquaient chaque changement de leurs enfants ? Cette question resterait toujours sans réponse dans un coin de la tête du rouquin. En effet la mère de ce dernier était partie égoïstement, laissant un nouveau-né et une enfant à un homme sans grands revenus, par ce qu'elle « s'ennuyait ». Qu'elle soit morte ou vivante lui importait peu, Kieran avait connu la vie sans protection maternelle et ce n'était pas près de changer.

Il se leva et, sans grand enthousiasme, enfila un t-shirt. Il avait passé une bonne nuit réparatrice – bien que trop courte – torse-nu, avec juste un bermuda foncé histoire de pas finir à poil sur le canapé de son amie. Mais même s'il avait déjà presque chaud, il garda son t-shirt vert foncé avec pour seule inscription « I love y...donnuts ! » en plus clair. Mais ce n'était pour une fois pas lui qui avait fait son t-shirt, il l'avait trouvé de façon normale, dans un magasin normal, et n'avait pas teint un t-shirt blanc avant de dessiner dessus. Un peu dans le gaz, il se fit un thé rouge et s'assit derrière le comptoir de la cuisine. Il était paisiblement installé comme ça, puisqu'il avait embarqué son oreiller pour poser sa tête dessus. La nuit d'avant, il croyait qu'il ne fermerait pas l’œil de la nuit à cause des événements de la journée, mais il était bizarrement épuisé, alors qu'il n'avait rien fait de particulièrement spécial … Ah si, il avait pleuré, longtemps. Oui roh ça va hein, ce garçon ne pleure pas d'habitude.
Il devait bien être sept heure passée, Kieran se faisait chier mais il n'avait pas envie de dormir. Il se demandait s'il devrait offrir ses sentiments à Lif. Il choppa un bout de papier et un stylo, avant de dessiner un peu n'importe quoi. Des couples se tenant la main, s'embrassant, dormant l'un contre l'autre. Les petites taches de rousseurs de l'illustrateur se cachèrent sous un rougissement grandissant, qui s’emparait progressivement de ses pommettes. Bien sûr qu'il se voyait avec Lif à travers ces simples dessins, et bien sûr qu'il rêvait que cela arrive prochainement.

Encore plongé dans ses rêves idiots il prit une nouvelle feuille et se mit à dessiner un dragon. Une belle dragonne argentée, munies de quelques taches noires sur le bout des ailes et des pattes. Son corps svelte était couvert d'écailles, mais une belle crinière de plumes colorées ornait son dos, en partant du haut de son crâne jusqu’au bout de sa queue, et l'armature de ses ailes. Il la nomma Storm, changeante comme le vent, il imaginait cette dragonne avec un cœur d'or, de l'amitié à revendre, mais pouvant changer d'un instant à l'autre pour devenir une vraie furie. Il l'imaginait bien contrôler le vent, ou l'eau, peut-être même la glace. Mais il fut tiré de son petit univers à lui tout seul par le bruit d'une porte qui s'ouvre, se ferme. Calmement, il posa le reptile de papier sur le côté, puis s'assit sur le comptoir, affichant un grand sourire heureux. C'était Lif qui venait de sortir de sa chambre, et Kieran était résolu à présent, il lui dirait aujourd'hui.


_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eyjan-dreka.forumactif.fr/
Lif Eiksonn
Admin
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 05/05/2012

Feuille de personnage
Âge:
Acolyte de...: personne pour le moment
Relations:

MessageSujet: Re: Ami, famille, révélation et titre niais [PV Kieran]   Sam 4 Aoû - 8:45

® code by Lif
Ami, famille, révélation et titre niais. Partie 3 :

♠ INCOMPÉTENCE ALARMANTE ♠


Elle allait lui dire, elle allait lui dire, c’était décidé…Cependant, lorsqu’elle vit le rouquin de dos, assis sur un des comptoirs de sa cuisine américaine, Lif se figea. Elle regarda dans sa chambre pour s’assurer que sa famille dormait bien et ferma la porte avant de se diriger vers le frigo pour en sortir une carafe de thé glacé maison. En hiver, boire du thé chaud était hyper agréable, mais pendant la saison sèche, c’était le thé glacé qui comblait la femme. Elle plongea deux glaçons dans son verre sans rien dire et se tourna. Involontairement, elle faisait face à Kieran. Ses joues ne rougirent pas, elle était peut-être un peu trop fatiguée, mais elle baissa les yeux vers son verre et murmura un "bonjour" presque inaudible avant de se retourner pour s’asseoir avec peine aux côtés du rouquin.
Il faut dire surtout que ce dernier était assez grand pour grimper facilement sur la surface de travail, mais elle, bien plus petite, y arrivait toujours avec un peu de difficultés. Bon, elle ne mit pas une heure à monter, mais elle dû s’aider de la force de ses bras, largement suffisante pour porter son poids.

Son verre de thé glacé tenu par ses deux mains, comme un enfant tient son verre de jus de pomme, Lif regardait le vide en se répétant intérieurement d’avouer ses sentiments à Kieran, mais cette tache était bien plus ardue qu’elle ne l’avait imaginée…De sa bouche sortit un soupire de mécontentement contre elle-même et elle posa sa main gauche sur le plan de travail. Au moment où cette main se posa sur quelque-chose, la pâtissière rougit et tourna encore plus le visage sur le côté. Sa main était en contacte avec celle de son meilleur ami qui l’avait posée, exactement là où elle venait de la poser, quelques minutes auparavant.
La jeune femme laissa sa main posée ainsi, sans regarder le propriétaire de l’autre main, un large sourire ravi affiché sur son visage, elle serra un peu la main de l’illustrateur sans pour autant la prendre, disons que ses doigts se serrèrent légèrement, comme si ils avaient peur que le rouquin ne parte.
Lif tendit l’oreille avec attention, voila trente secondes, semblables à une heure, qu’elle était comme ça, et elle avait récolté son courage, mais si Holm l’entendait, elle était cuite pour le restant de sa vie…Si l’homme à la houppette la surprenait en train de faire une déclaration à son meilleur ami, jamais elle ne retrouverait sa crédibilité…Mais il n’y avait pas un bruit dans l’air, donc la jeune femme se leva en sautant légèrement de l’endroit où elle était assise. Comme si rien n’était, la petite brune posa son verre dans le lavabo avant de se tourner d’un coup, faisant volontairement face au rouquin pour la première fois de la journée. Ses joues étaient rouges, naturellement, mais son regard était décidé.

Pourtant, lorsqu’elle ouvrit la bouche, les mots n’en sortirent pas, c’est pourquoi elle commença à jouer avec ses mains, tripotant ses doigts avec gêne, puis elle se mit à marcher en rond autour de la petite cuisine rectangle en se tenant les mains. Un moment, elle s’arrêta, regarda son ami, prit une grande inspiration et dit en recommençant à tourner, sa voix se fit hésitante avant de, progressivement, gagner en assurance, elle parlait tellement vite que ça ne l’aurait pas étonnée que le jeune homme ne la comprenne pas du tout:
« Je suis vraiment nulle, vraiment nulle pour dire ce genre de choses. Je n’ai jamais été très sentimentale, je n’ai jamais eu à dire ça parce que je ne l’ai jamais vraiment pensé, après il faut dire que quand j’étais gosse, j’ai souvent vécu des truc qui m’empêchaient d’avoir envie d’être en couple avec quelqu’un et c’est surement mieux comme ça parce que sinon je serais pas la fille que je suis maintenant et je t’aurais ptet’ jamais rencontré et ça aurait été franchement triste parce que au final tu comptes beaucoup pour moi, même si t’es au départ qu’un ami mes sentiments pour toi ont évolué et…et… »
Elle s’arrêta. De tout son discours, Lif n’avait pas respiré une seule fois et sa tête était prise de légers vertiges. Elle frappa son visage de sa main droite, -t’es nulle, t’es nulle, t’es nulle !- c’est ce qu’elle se répétait en boucle. La jeune femme ferma les yeux et respira un grand coup avant de faire un pas vers le roux et passer ses doigts dans sa main. Toute rouge, elle entreprit enfin de créer un contact visuel entre le gris de ses propres yeux et le rouge de ceux de celui qu’elle aimait. Prenant une grande inspiration, elle allait lui dire. Mais en fait non. Tout en gardant sa main dans celle du garçon, elle se tourna en disant :
« JE SUIS NULLE ! Vraiment NULLE ! Oublie tout ça, je t’ai rien dis, je suis pas foutue de le dire de toute façon ! »
La pâtissière en avait presque les larmes aux yeux, extrêmement déçue de sa propre incompétence, espérant au fond d'elle que Kieran avait compris ce qu'elle voulait lui dire, ou encore que son père ne la regarde pas, déçu du comportement de la fille pour qui il avait périt. En un sens, la jeune femme avait peur, tellement peur de le décevoir quand elle ce décevait elle-même, peur de ne pas être à la hauteur des attentes de cet homme qui lui avait tout donné.




_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eyjan-dreka.forumactif.fr
Kieran Séamus
♫ Agueudeubeu ♪
avatar

Masculin Messages : 132
Date d'inscription : 05/05/2012

Feuille de personnage
Âge: 22 ans !
Acolyte de...: PERSONNE ! HAHAHA
Relations:

MessageSujet: Re: Ami, famille, révélation et titre niais [PV Kieran]   Sam 4 Aoû - 18:09


® Code by Lif

Ami, famille, révélation et titre niais. Partie 4:

♣... yea.♣

Il allait lui dire, maintenant, faire volte-face et lui avouer avec conviction. Malheureusement rien que le fait de savoir qu'elle se rapprochait et qu'elle entrait dans la cuisine bloquait Kieran. Il ne parvint qu'à lever les yeux vers elle alors qu'elle venait de se retourner, un verre de thé glacé dans la main , elle lui murmura un faible bonjour qu'il lui rendit, tout aussi mollement, une pointe déception dans la voix.
Kieran se perdait dans ses pensées, se répétant la même chose en silence, la même chose qui tournait en boucle depuis des lustres, pas seulement depuis deux minutes. Mais brusquement, son sang se figea dans ses veines, il ne parvenait plus à bouger. Lif, qui s'était assise à côté du rouquin, venait tout juste de poser sa main sur la sienne. Le garçon rougit légèrement et tourna la tête vers le plafond, un petit sourire sur les lèvres. Il le voulait pas qu'elle retire sa main et profitait de l'instant présent.
Mais Lif l'enleva tout de même, à la grande déception de l'illustrateur. Elle faisait comme si rien ne s'était passé et ceci apporta une petite pointe de tristesse dans le regard du jeune homme. La jolie pâtissière lui tournait le dos, près de l'évier. Kieran se leva et s'approcha lentement d'elle. Il avait envie de la prendre dans ses bras et de la serrer contre lui. Et il l'aurait très certainement fait si elle ne s'était pas retournée. Ses yeux semblaient briller d'une lueur vive et ses joues étaient rouges, allait-elle lui dire quelque chose ?

Ses lèvres en effet se mouvèrent, mais aucun son ne sortit. Au lieu réessayer, Lif se mit à tripoter ses mains l'air gênée. Kieran avait à nouveau envie de l'enlacer, mais avant qu'il n'ait eu le temps d'y penser, elle tournait nerveusement dans la cuisine, se tenant toujours les mains. Elle parla ensuite si vite qu'il eut du mal à la comprendre au début.
« Je suis vraiment nulle, vraiment nulle pour dire ce genre de choses. Je n’ai jamais été très sentimentale, je n’ai jamais eu à dire ça parce que je ne l’ai jamais vraiment pensé, après il faut dire que quand j’étais gosse, j’ai souvent vécu des truc qui m’empêchaient d’avoir envie d’être en couple avec quelqu’un et c’est sûrement mieux comme ça parce que sinon je serais pas la fille que je suis maintenant et je t’aurais ptet’ jamais rencontré et ça aurait été franchement triste parce que au final tu comptes beaucoup pour moi, même si t’es au départ qu’un ami mes sentiments pour toi ont évolué et…et… »
Le petit cœur du rouquin battait la chamade, il ne bougea pas pendant quelques secondes, et bloqua même sa respiration lorsque quelqu'un chose lui prit la main. Cette « chose » était bien évidemment la main de Lif, qui venait de s'arrêter devant lui. Un petit sourire se dessina sur les lèvres du garçon, qui se mordit discrètement la lèvre par réflexe. La jeune femme leva les yeux et les plongea dans ceux de son meilleur ami et reprit à nouveau une grande inspiration. Elle ne fit que se tourner, gardant quand même sa main dans celle, plus masculine, de Kieran. Elle lui dit d'une voix qui n'était pas des plus joyeuses :
« JE SUIS NULLE ! Vraiment NULLE ! Oublie tout ça, je t’ai rien dis, je suis pas foutue de le dire de toute façon ! »

Kieran déglutit et prit l'autre main de sa bien-aimée avant de plonger la douceur de ses yeux dans la rivière d'étoiles des siens. Mais lorsqu'il prononça les mots, seul ses lèvres mimèrent la petite phrase. Le garçon devint rouge, bien plus gêné que Lif, il tourna lentement la tête sur la gauche pour éviter son regard. Dans ses yeux perlait de la déception, il était déçu par lui-même. Sans bouger, il ferma les yeux et dit d'un voix tremblante, si faible que Lif ne l'avait peut-être pas entendu.
« Lif je ... »
Sa voix se brisait dès qu'il devait le dire, il cligna des yeux, très mal à l'aise, puis il se relança, d'un voix toujours aussi peu audible..
« J'arrive pas à le dire, je t'aime mais je n'arrive pas à te le dire, je suis complètement naze ... »
Comme quoi, être maladroit l'avait aidé pour une fois. Son cerveau surchauffait, son visage était plus rouge qu'une tache de peinture et Kieran n'arrivait même pas à orienter son regard vers la fille dont il était amoureux. Ses yeux devinrent humides et il avait envie de renifler, maintenant il ne pourrait plus faire marche arrière.


_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eyjan-dreka.forumactif.fr/
Lif Eiksonn
Admin
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 05/05/2012

Feuille de personnage
Âge:
Acolyte de...: personne pour le moment
Relations:

MessageSujet: Re: Ami, famille, révélation et titre niais [PV Kieran]   Sam 4 Aoû - 19:10

® code by Lif
Ami, famille, révélation et titre niais. Partie 5 :

♠ YES!..Oh...NO! ♠


Lui aussi…Lui aussi était amoureux d’elle, ses sentiments n’étaient pas vains…Il avait pris sa main si délicatement avant de plonger ses yeux dans l’argent du regard de la femme, cette dernière sourit avec une douceur infinie, rougissant de bonheur. Qu’allait-il se passer maintenant ? Nul ne le savait…Ah si…Il détourna le regard, ce qui ne déçut pas la pâtissière, toujours souriante, elle lui laissait le temps de dire ce qu’il avait à dire tout en profitant de la chaleur des mains du garçon dans les siennes. Les yeux fermés, Kieran dit quelque chose qu’elle ne comprit pas avant de se ressaisir un peu et de murmurer :
« J'arrive pas à le dire, je t'aime mais je n'arrive pas à te le dire, je suis complètement naze ... »
Un petit sourire un peu moquer se plaça sur les lèvres de Lif, ce garçon était un imbécile, un gros idiot, et la façon dont cette phrase lui avait échappé si naturellement le rendait plus adorable que jamais. La brunette venait de remarquer quelque chose, cette voix, la voix de l’illustrateur, elle était infiniment douce, glissant dans l’air avec une douceur extrème, et maintenant que Lif le réalisait, elle rougit. Qu’est-ce qu’elle avait pu être aveugle…Ou étais-ce son amour pour le garçon qui lui avait ouvert les yeux ?
Il était clair que le roux avait les larmes aux yeux, ça se voyait à des kilomètres, et ses joues rouges allaient parfaitement bien avec ses cheveux.

La petite main de la pâtissière se détacha de celle de Kieran pour aller se poser délicatement sur la joue du garçon, le forçant à lui faire face. Les lèvres de la jeune femme étaient tirées dans un sourire des plus doux, des plus passionnés. Embrasser ce garçon qui comptait tant pour elle était sa plus grande envie, mais son corps refusait d’obéir.
Lif savait pertinemment pourquoi, simplement parce que ce garçon, elle le connaissait depuis des années, deux ans d’ailleurs…Et n’avait pas ressentit de sentiments plus fort qu’une amitié avant le mois précédant, et ne s’en était pas rendue compte avant la veille. Avant cela et pendant tout ce temps, le rouquin avait été son frère, son jumeau, meilleur ami, comme un membre de sa famille, presque aussi proche d’elle que son propre paternel, il était donc normal qu’elle ne parvienne pas à poser ses lèvres sur celles de son partenaire. Elle tenta cependant de s’approcher, mais recula d’un coup, avant même que leurs cheveux ne puissent se frôler. Prenant une grande inspiration elle dit d’une voix claire, directe et sans la moindre hésitation :
« Ecoute Kieran, j’ai vraiment des sentiments pour toi, très forts, je sais pas si je peux vraiment appeler ça de l’amour pour l’instant, c’est un peu trop frais pour ça, mais une chose est sure, là, tout de suite, j’ai envie de t’embrasser, mais le truc c’est que je t’ai considéré comme un frère pendant si longtemps que je sais même pas comment m’y prendre et je sais pas comment je vais m’en sortir, ni quels gestes employer, je me sens comme une débutante, une gamine qui va faire son premier baiser, c’est limite si je sais pas où viser, l’idée simple de t’embrasser me fait marrer, après, tu me diras, dans le feu de l’action ça ira peut-être, mais t’étonne pas si je foire ! D’accord ? »
Ouais, peut-être qu’elle avait été un peu trop directe, mais Lif avait plongé un regard plein de sincérité dans le rouge brillant des yeux du jeune homme, et elle souriait à pleines dents apparemment heureuse d’avoir enfin avoué ce qu’elle ressentait sans pour autant bégayer comme une imbécile ou regarder le sol comme une gamine.
Non, elle ne traite pas Kieran d’imbécile ni de gamin, elle ne jugeait pas celui qui comptait tant pour elle, c’était une simple critique d’elle-même, elle qui se sentait obligée de parler distinctement en regardant la personne dans les yeux pour dire n’importe quoi, c’était une simple critique de sa propre personne potentielle, disons qu’elle aurait été très déçue de ne pas dire ça comme elle veniat de le faire.

Revenons à la scène voulez-vous… Lif déglutit difficilement, elle posa sa min droite sur la nuque du rouquin et sourit un poil nerveusement. Elle tremblait légèrement, mais approcha tout de même son visage de celui de Kieran. Progressivement, elle ferma les yeux, laissant ses autres sent prendre le dessus. L’odeur du garçon emplit ses poumons, faisant battre son cœur plus vite, et le son de sa respiration la fit rougir. Son sérieux était au maximum, tentant de se concentrer sur l’instant présent plus que sur ses anciens sentiments pour l’illustrateur, elle continuait son approche qui lui semblait interminable alors qu’elle restait plutôt rapide.
Ses lèvres effleurèrent celle du jeune homme, une fraction de seconde, rien qu’une fraction de seconde. Le sérieux de la pâtissière se brisa et elle fit presque un demi-tour complet en riant comme une abrutie, sa main droite devant sa bouche, sa main gauche replaçant une mèche invisible derrière son oreille. Son rire était nerveux entre autres choses. Elle ne savait pas comment l’interpréter, c’était tellement étrange d’embrasser cet homme, tellement bizarre, mais elle voulait être avec lui, elle le savait, c’est juste le passé de ses sentiments à son égard qui venaient faire une apparition au mauvais moment, et elle s’était sentie presque exactement comme si elle avait embrassé Holm. Sans pour autant rire longtemps, Lif avait des larmes aux coin des yeux, sa nervosité avait pris le dessus, elle n’arrivait non seulement pas à se retourner, mais ne parvenait pas non plus à arrêter son rire.



_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eyjan-dreka.forumactif.fr
Kieran Séamus
♫ Agueudeubeu ♪
avatar

Masculin Messages : 132
Date d'inscription : 05/05/2012

Feuille de personnage
Âge: 22 ans !
Acolyte de...: PERSONNE ! HAHAHA
Relations:

MessageSujet: Re: Ami, famille, révélation et titre niais [PV Kieran]   Sam 4 Aoû - 20:35


® Code by Lif

Ami, famille, révélation et titre niais. Partie 6:

♣Non ...♣

Un peu après avoir avoué – bien qu'accidentellement – ses sentiments amoureux pour Lif, Kieran avait attendu ce qui lui avait paru une éternité. Timidement il avait fini par orienter son regard de feu histoire de voir la réaction de la jeune femme, qui semblait légèrement se moquer de lui. Il savait pertinemment que d'habitude ses moqueries étaient amicales, mais même en sachant ça, un léger voile de tristesse s'installa devant ses pupilles de couleur caramel. Ce voile s'intensifia lorsque Lif retira sa main droite de celle du garçon, mais il disparu instantanément dès que la peau si douce de la pâtissière frôla la joue du rouquin. Ce dernier fut contraint de tourner la tête pour regarder sa meilleure amie en face.
Un petit sourire discret apparu alors sur ses lèvres, les joues encore rouge. Lif approcha lentement son visage plus près du sien, mais eu un mouvement de recul avant de prendre une énième inspiration. Kieran s'attendait encore à ce que la voix de la jeune femme tremble ou soit hésitante, mais c'était tout le contraire.
« Écoute Kieran, j’ai vraiment des sentiments pour toi, très forts, je sais pas si je peux vraiment appeler ça de l’amour pour l’instant, c’est un peu trop frais pour ça, mais une chose est sure, là, tout de suite, j’ai envie de t’embrasser, mais le truc c’est que je t’ai considéré comme un frère pendant si longtemps que je sais même pas comment m’y prendre et je sais pas comment je vais m’en sortir, ni quels gestes employer, je me sens comme une débutante, une gamine qui va faire son premier baiser, c’est limite si je sais pas où viser, l’idée simple de t’embrasser me fait marrer, après, tu me diras, dans le feu de l’action ça ira peut-être, mais t’étonne pas si je foire ! D’accord ? »
Kieran fronça légèrement les sourcils, pas très heureux d'entendre ça. Malgré tout le regard si sincère de sa partenaire ainsi que son sourire radieux effacèrent très rapidement son expression de mécontentement, et lui aussi se mit à sourire. Il mourrait d'envie d'embrasser Lif lui aussi, même s'il tremblait un peu, de peur comme d'excitation.

Les battements du cœur du dessinateur s’intensifièrent quand Lif fit glisser sa main sur sa nuque. Il passa sa main droite dans le dos de la femme, et il se mordit encore une fois la lèvre inférieure involontairement. Il se pencha progressivement tout en levant son bras gauche dans le but de la passer derrière la nuque de Lif.
Mais il n'en eut pas le temps, les lèvres venaient juste de se frôler, malheureusement la jeune femme se retourna presque, riant nerveusement, sa main droite qui était il y a une fraction de secondes dans sa nuque couvrait son rire pourtant bien audible. Kieran fut terriblement attristé par cette réaction et il mit ses mains inoccupées dans ses poches, lentement, avant de tourner le dos à l'abrutie dont il était tomber amoureux.
Non mais c'est vrai, ça lui donnait presque envie de pleurer, de prendre une longue écharpe et d'y enfouir son visage, de prendre Belly comme peluche et de manger un pot de glace au chocolat en écoutant de la musique.
Oui, Kieran est quelqu'un d'assez niais et sentimental par moments, mais c'est pas pour vous que ça arriverait hein ? Je suis sûre que vous êtes entrain de sourire là, ouais ben arrêtez, il est triste le rouquin quand même. Il regarde par la fenêtre d'un air absent en ruminant ses pensées et en tentant de calmer son rougissement ainsi que les larmes qui commençaient à lui monter au nez. Il n'avait rien envie de dire, et n'avait plus envie de bouger. Ah, si, dans le fond de son cœur, il voulait se retourner et embrasser Lif, enfin, depuis le temps qu'il en avait l'envie. Il soupira doucement et longuement, le souffle tremblant, presque comme quand on commence à pleurer.


_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]


Dernière édition par Kieran Séamus le Sam 4 Aoû - 23:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eyjan-dreka.forumactif.fr/
Lif Eiksonn
Admin
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 05/05/2012

Feuille de personnage
Âge:
Acolyte de...: personne pour le moment
Relations:

MessageSujet: Re: Ami, famille, révélation et titre niais [PV Kieran]   Sam 4 Aoû - 21:33

® code by Lif
Ami, famille, révélation et titre niais. Partie 7 :

♪ THIS KISS, THIS KISS ♫


Maudit rire, maudite pensée fraternelle vis-à-vis du garçon, même après lui avoir avoué qu’elle avait des sentiments pour lui, Lif parvenait encore à le blesser et même si elle se sentait coupable, elle riait encore légèrement. Pourtant, la jeune femme voulait se calmer, elle inspira et expira bruyamment avant de relever la tête. Son fou-rire se dissipa très rapidement, comme un humain qui se ferait désintégrer par un alien à cause d’une colombe lancée…Le sourire de la jeune femme disparu quand elle vit le visage attristé de son ami. La bouche de la femme s'ouvrit légèrement, elle voulait dire quelque chose, mais aucune parole ne venait à son esprit, pas une, c’est pourquoi elle baissa les yeux un petit instant. Lorsqu’elle releva son visage, son cerveau se vida de toute pensée, sa petite main hésitante agrippa le bras de l’illustrateur qu’elle attira en face d’elle, planta son regard dans le sien avant de l’embrasser.
Les yeux doucement fermés, elle avait lâché le bras, posant timidement ses mains de chaque côté du cou de ce meilleur ami qu’elle aimait. Timidement collée à lui, les douces lèvres de Kieran étaient chaudes, tout comme le reste de son corps apparemment. Peut-être elle aussi, peut-être avait-elle, elle aussi, le visage rouge de gêne et de bonheur, peut-être qu’au coin de ses yeux, des larmes se planquaient entre ses cils, refusant de tomber. Tout cela, elle s’en fichait. La seule chose qui important pour elle était le fait qu’elle embrassait le garçon qu’elle aimait si fort depuis si longtemps. Oui, longtemps, comment ne l’avait-elle pas remarqué auparavant, comment ?
Un illustrateur maladroit et idiot, aux adorables cheveux roux, à la voix si douce, lui qui avait été si attentionné vis-à-vis de la jeune femme aux cheveux foncés, lui avec qui elle avait tant ri, lui qui parvenait à lui faire oublier son père mort, comment avait-elle pu être si aveugle ?

Alors qu’elle était légèrement crispée au début ses muscles se détendirent, le cœur de la jeune femme battait de manière légèrement plus régulière, bien qu’assez fort pour que le son de tambours produit par cet organe résonne dans les oreilles de Lif. Ce baiser était…agréable. Très agréable. Sans séparer ses lèvres de celles du rouquin, Lif expira doucement l’air qu’elle avait maintenu dans ses poumons dès que son visage avait été en contacte avec celui de Kieran. Expirer détendit ses épaules, autorisant la jeune femme à enfin bouger ses bras. Doucement, elle glissa ses mains sur la peau douce et pale du garçon, posant sa main droite sur l’épaule de l’illustrateur et sa main gauche à cheval entre la joue et le cou du rouquin.
Étrangement, elle refusait de le lâcher, elle restait ainsi, près de lui, passant progressivement sa main vers l’arrière de la tête de ce qu’elle pouvait maintenant nommer son petit-ami. Entre ses doigts passèrent doucement les fins cheveux de Kieran. Bien qu’elle ait déjà touché cette crinière, jamais la sensation n’avait été aussi plaisante.
Le cœur battant la chamade, Lif s’approcha encore un peu du garçon avec qui elle partageait ce baiser, au point de sentir le corps de l’illustrateur contre le sien. Si elle avait voulu être plus proche de lui, ils auraient dû fusionner, parce qu’elle se serrait vraiment à lui, prolongeant le baiser.
Puis, enfin, sans retirer ses mains, Lif sépara ses lèvres de celles de Kieran, et ce, très doucement, comme pour profiter encore une seconde de cette sensation si agréable.

Heureuse, elle était heureuse, observant le visage fin de son rouquin de petit-ami sans pour autant entrer en contact avec ses yeux, la jeune femme souriait comme une débile heureuse. Et, elle plongea son regard dans celui du jeune homme avant de rire à nouveau et se détacher légèrement du corps du garçon, retirant sa main droite de sa nuque pour la mettre sur le côté de son visage, honteuse.
La seule réelle différence entre son sourire heureux et celui de son rire était le fait que celui-ci était légèrement plus étiré. Les yeux presque fermés par son sourire, Lif baissa la tête, tentant de ne pas rire bruyamment. Son corps tressautait et, de temps en temps, un léger bruit s’échappait de la gorge de la pâtissière morte de rire. Ce rire, était gêné, bien plus que l’autre, il s’agissait d’un fou-rire qui signifiait clairement : Je viens d’embrasser mon meilleur ami, celui que j’ai considéré comme mon frère pendant deux ans, et je me rends compte que j’étais amoureuse de lui pendant longtemps sans le savoir, et maintenant je suis heureuse et gênée en même temps d’avoir partagé ce moment avec lui.
Mais malgré son rire, elle restait face à ce garçon aux cheveux orange, la tête simplement légèrement baissée pour étouffer son rire, comme pour lui prouver qu’elle ne tentait pas de fuir, pour lui prouver sa bonne foi, pour accepter la punition qui lui serait infligée pour s’être marrée à un tel moment. Elle aimait le jeune homme et voulait lui montrer comme elle le pouvait, tout en en profitant pour ne pas le blesser une fois de plus à cause de son rire et des minuscules larmes qui coulaient occasionnellement sur le côté de ses joues, larmes de joie mêlée à des larmes de rire.



_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eyjan-dreka.forumactif.fr
Kieran Séamus
♫ Agueudeubeu ♪
avatar

Masculin Messages : 132
Date d'inscription : 05/05/2012

Feuille de personnage
Âge: 22 ans !
Acolyte de...: PERSONNE ! HAHAHA
Relations:

MessageSujet: Re: Ami, famille, révélation et titre niais [PV Kieran]   Sam 4 Aoû - 23:16


® Code by Lif

Ami, famille, révélation et titre niais. Partie 8:

♪ Unstoppable ! ♫

Ce n'était pas aujourd'hui que Kieran pleurerait à nouveau. À peine quelques instants de légère tristesse, rien de plus, mais après, la joie. La joie de savoir ses sentiments acceptés, accueillis et réciproques. Mais comment était-il passé d'une humeur sombre à une autre totalement différente, lumineuse et rayonnante ? Grâce à l'action d'une seule personne, Lif Eiksonn. Alors qu'il ne s'y attendait absolument pas, alors que son amie était entrain de rire, cette même amie, celle dont il ne pouvait détacher les yeux ces derniers temps, lui agrippa le bras droit, le forçant à se retourner, avant de l'embrasser. Kieran en fut tellement surpris qu'au lieu d'être heureux comme une personne normale, il ne bougea pas pendant une bonne seconde, les yeux grands ouverts par la stupeur, les bras immobiles. Mais après un court instant, le temps qu'il réalise, il répondit au baiser, commençant enfin à se bouger. Lif était légèrement crispée, ses pommettes se teintaient par la gêne, mais aussi, et il l'espérait, par le bonheur.
Soudainement plus détendue la jeune femme commença doucement à l'entourer de ses bras fins, posant ses mains sur le haut de son corps tout en se rapprochant du rouquin. Sa paume gauche caressant lentement sa joue. Ses lèvres étaient légèrement sucrées, ses joues toujours colorées, tout comme celles du garçon. Confiant, Kieran se baissa un peu avant d'entourer la taille de la femme qu'il aimait, appuyant sur le baiser, posant sa main droite dans son dos puis serrant légèrement le débardeur de Lif dans sa main gauche, il la rapprocha encore un peu contre lui. Son petit cœur de rouquin tambourinait contre sa poitrine.
Cette fille était jolie, drôle et ravissante. Il avait fini par craquer pour elle après une bonne année d'amitié, mais lui avait caché ses sentiments pendant longtemps, parfaitement heureux ainsi. Elle l'avait fait avancer, remonter la pente et reprendre le contrôle de lui-même. Il lui était plus que reconnaissant.

Lui n'avait pas envie que ce moment prenne fin. Du moins, pas tout de suite. L'odeur agréable de sa copine, ben oui maintenant on peut le dire, l’enivrait. Un doux mélange de caramel, de pain chaud et de farine. Kieran rougit un peu plus car Lif venait de s'appuyer contre lui, collant sa poitrine contre la sienne, resserrant légèrement leur étreinte.
Le baiser commençait à s'effacer, sa petite-amie se retirait, sans pour autant le lâcher. Machinalement, le garçon aux cheveux flamboyants suivi le mouvement et avança un peu, ne voulant pas s'arrêter maintenant. Mais il s'arrêta à contre cœur pour séparer ses lèvres de celles de la jeune femme. Bouillant, il avait envie de l'embrasser encore, de passer sa main dans ses longs cheveux bruns, de lui dire qu'il l'aimait.
Il ouvrit finalement les yeux, mais découvrit Lif entrain de rire, encore. Il ne le prit cependant pas mal comme il y a à peine deux minutes, mais se contenta de prendre une expression des plus blasée. La pâtissière riait plus nerveusement, comme si elle n'arrivait pas à croire ce qu'elle venait de faire. Kieran leva sa main gauche pour relever le menton de la fautive et la fixer dans les yeux de son regard inexpressif - qui gardait tout de même des traces de joie et de désir. Il lâcha le visage de sa petite-amie avant de lui faire une pichenette violente sur le front, puis lui déclarant d'une voix qui allait parfaitement avec l'expression de son visage.
« Le châtiment divin vient de s'abattre sur toi, pauvre brebis. Non sérieux, tu l'as vraiment mérité cette fois, espère ce poulette stupide. »
Son regard se fit alors plus doux, reflétant tout l'amour qu'il éprouvait pour elle en cet instant, puis, sans hésitation, il lui fit un petit bisou sur le front, à l'endroit même où sa punition venait d'être infligée.
« Mais je m'excuse. »
Il ferma les yeux et posa sa tête contre celle de Lif, sa respiration redevenue enfin normale depuis plus de dix minutes.


_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eyjan-dreka.forumactif.fr/
Lif Eiksonn
Admin
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 05/05/2012

Feuille de personnage
Âge:
Acolyte de...: personne pour le moment
Relations:

MessageSujet: Re: Ami, famille, révélation et titre niais [PV Kieran]   Dim 5 Aoû - 0:01

® code by Lif
Ami, famille, révélation et titre niais. Partie 9 :

♠ MOOOORNIN'! ♠


Le châtiment fut rude ! Très rude ! La pichenette que le rouquin infligea sur le front de Lif la fit sursauter, mais elle n’arrêta pas de rire en se frottant le lieu touché en disant d’une voix riante :
« Aie ! Ca fait super mal ! »
Mais elle riait encore, regardant son petit-ami dans les yeux, joyeuse. Les douces lèvres de Kieran vinrent se poser sur son front en excuse, ce qui eut pour effet de stopper le rire de la jeune femme, ses joues prirent une teinte légèrement rosée, elle reposa ses doigts sur le lieu qui avait été une double cible et murmura d’une voix innocente, presque incrédule :
« J’ai encore mal… »
Puis se remit à rire, ce rire nerveux qui ne la lâchait pas. Pour s’excuser, elle se mit sur la pointe de ses pieds nus et enlaça le rouquin, sans pour autant arrêter de rire. Plongeant son nez dans le teeshirt du garçon, son fou-rire se fit plus discret, mais toujours présent. Passant ses mains autour du cou de l’illustrateur, elle parvint à essuyer une des larmes qui menaçait de dégouliner sur sa joue gauche. Quels étaient ces larmes ? Venaient-elles de son rire ? De son bonheur ? De la douleur qu’avait provoquée cette diabolique pichenette ? Elle n’en avait aucune idée.
Mais même si ça l’amusait légèrement, ce rire embêtait Lif qui se demandait combien de temps il lui faudrait avant de faire disparaître ce sentiment de fraternité qui flottait entre elle et le jeune homme. Une heure ? Un jour ? Un an ? Et si ça ne passait jamais ? Pourrait-elle vivre en couple à ses côtés avec ça sur le cœur ? Et combien de temps cela lui prendrait-il de réaliser qu’elle venait de lier un pacte de couple avec celui qu’elle avait affirmé comme étant son meilleur ami si longtemps ?

Inspirant profondément l’odeur d’herbe coupée qui s’échappait du corps chaud de Kieran, Lif ferma les yeux. Des questions, elle s’en posait bien trop, et elle savait que ça n’était pas bien, qu’elle devait se contenter d’apprécier l’instant présent, le fait que dans ses bras se tenait cet homme qu’elle aimait.
Combien de temps allait durer leur relation ? Seraient-ils heureux ? Est-ce que ça allait devenir sérieux ? Et si ils changeaient de comportement l’un envers l’autre ? Et si ils ne pouvaient plus rire comme avant, ou se comporter comme avant ?
Au cours de ses questions, la jeune femme se retenait de penser à certains aspects d’un couple sérieux comme les relations plus…intimes…Ou les discussions de couple…Elle se demandait cependant comment Kieran et elle allaient pouvoir gérer de telles choses avec la relation amicale de deux ans d’âge qu’ils venaient de quitter en s’embrassant avec tant de passion ?

Peu importe, peu importe, peu importe, il est là, contre toi, rien qu’à toi, t’entends son cœur, tu sens sa respiration et son odeur, c’est maintenant qui compte.
Lif se répétait cette phrase dans sa tête, accompagnée d’autre phrases du même genre, tout en serrant Kieran plus fort contre elle, à la limite de l’étouffement. Un aboiement sourd provenant surement, certainement, obligatoirement de Heka qui venait de se réveiller fit sursauter Lif, mais elle ne bougea pas son visage. Son chien lui disait bonjour, et allait certainement lui faire la tronche quelques heures si elle ne lui répondait pas, mais avec un peu de chance, le clébard était assez intelligent pour comprendre que ça n’était pas le mom…
« Moooorninnnn’ »
Lif ouvrit les yeux et, d'un coup, les écarquilla. Ses joues virèrent à l’écarlate pur, devant lui se trouvait son frère, sourire moqueur et insistant et tasse de thé fraichement servie dans la main, un regard plein de sous-entendus. Les cheveux en bataille, encore torse-nu, il regardait sa petite sœur avec un sourire qui voulait tout dire. Automatiquement, la jeune femme lâcha son petit-ami, resta sur place une fraction de seconde, regardant bêtement le sol, tentant de trouver quelque chose à dire en se grattant l'arrière du crâne et sortit rapidement de la cuisine après avoir bégayée quelque chose d'absolument inaudible et qui n'avait aucun sens, du moins essaya de sortir, car Heka avait décidé de lui faire la fête au mauvais moment. Coincée entre le sourire insistant de son frère et un chien qui sautait dans tous les sens, Lif tenta de passer en vain en disant :
« Heka ! Stop ! C’est pas le moment ! Oui c’est gentil d’avoir voulu me prévenir mais bouge ! S’il te plait ! Bouge ! PANIER ! »
Automatiquement, le chien partit en trottinant vers son panier, son regard insistant vers sa maîtresse signifiait clairement qu’il était fier de savoir obéir aux ordres qu’elle lui donnait. Mais cette jeune femme ne porta pas plus attention à son chien. Les bras autour de son propre corps, Lif tournait le dos à la cuisine. Son frère se moquait déjà tout le temps d’elle, et la veille, elle avait elle-même dit maintes et maintes fois qu’elle ne sortait pas avec le roux, mais ça avait changé, et Holm allait obligatoirement se foutre d’elle à un moment ou à un autre.
Ne parvenant pas à contrôler le rougissement insistant présent sur son visage, la jeune femme décida de rester dos à la seconde houppette présente dans la pièce. Effrayée d’entendre une remarque fuser comme une gamine, Lif ne bougeait pas d’un poil. Elle sentait bien que son frangin riait derrière elle, elle le connaissait assez bien, même si elle état persuadée qu'il était heureux pour elle. Mais la jeune femme refusait de lui faire crier victoire, il n'aura aucune preuve que Kieran et elle soit en couple! Pas venant d'elle!


_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eyjan-dreka.forumactif.fr
Kieran Séamus
♫ Agueudeubeu ♪
avatar

Masculin Messages : 132
Date d'inscription : 05/05/2012

Feuille de personnage
Âge: 22 ans !
Acolyte de...: PERSONNE ! HAHAHA
Relations:

MessageSujet: Re: Ami, famille, révélation et titre niais [PV Kieran]   Dim 5 Aoû - 10:07

« J’ai encore mal… » murmura Lif d'une voix innocente, la rendant encore plus mignonne.
Kieran s'en foutait qu'elle avait encore mal, parce que premièrement elle l'avait amplement mérité, et deuxièmement parce qu'il s'était excusé. Le rire nerveux de la jeune femme refit pourtant son apparition, ne la lâchant pas.
Comme excuse, la pâtissière se mit sur la pointe des pieds et prit Kieran dans ses bras. Ce dernier, prit au dépourvu, rougit un peu avant de répondre à son étreinte. Il enfouie sa tête dans la longue chevelure brune de Lif, inspirant son odeur si différente des autres. Il ferma les yeux et se mit à farfouiller son esprit.
Arriverait-il à jouer son rôle dans leur relation ? Peut-être. Pourrait-il faire abstraction de leur amitié passée ? Oui sûrement. Mais combien de temps cela allait-il durer ? Et si leurs façon d'être ensemble changeait ? Il était sûr qu'elle allait changer, mais ça partait dans une bon sens, par changer il pensait plus : est-ce que je vais réussir à la faire rire comme avant ? Mais bon, tant de questions l'énervait plus qu'autre chose et il décida de les ranger dans un coin de sa tête : l'incinérateur. Ce qui lui importait le plus c'est que la femme qu'il aimait était juste là, dans ses bras, les questions passaient après.

Lif le serrait vachement fort, il commença à grimacer mais serra lui aussi sa petite-amie avec force, comme un concours de qui-serre-le-plus-fort. Heka se fit entendre, il voulait sûrement que sa maîtresse lui fasse un gros câlin de bonjour, mais Kieran ne voulait pas qu'elle le lâche pour retrouver son chien, il ne desserra pas les bras. Il leva juste la tête, et fut très étonné de voir Holm, les cheveux en bataille et une tasse de thé dans la main, l'air moqueur il lança :
« Moooorninnnn’ »
Le garçon se retint d'exploser de rire, mais Lif réagit tout autrement. Un minuscule laps de temps s'écoula entre le moment ou son frère avait prit la parole et le moment où elle avait lâché son petit-ami,

Kieran restait planté au milieu de la cuisine, un peu étonné. Apucalin ? Il sourit en comprenant alors que Lif était gênée par la présence de son frère. Ce dernier qui avait suivit sa sœurette du regard venait de se retourner vers le rouquin en prenant une gorgée de thé. Il le regarda ensuite de son sourire légèrement moqueur, levant avec insistance sa tasse. Le garçon aux cheveux orange lui répondit avec son plus beau sourire d’imbécile heureux avant de marcher lentement vers Lif.
Elle était entrain d'essayer de calmer son chien qui avait l'air bien excité pour un début de matinée. Le jeune pâtissière tourna le dos à son frère, Kieran pouvait voir son visage totalement écarlate figé par la honte, essayait-elle de se faire oublier ? Le rouquin n'en avait rien à faire, il ne voulait pas qu'elle reste comme ça. Il se plaça devant elle et releva comme il l'avait quelques secondes auparavant son si doux visage. Lorsqu'il plongea son regard de feu dans celui de sa petite-amie, il semblait lui dire : maintenant on est ensemble alors accepte ces sentiments ! Sans plus attendre, il passa sa main gauche derrière la nuque de la femme, sa main caressant doucement ses cheveux, et sa main droite dans son dos, l'approchant vers lui. Et pour finir, l'embrassa.

Le baiser était beaucoup plus passionné que le premier, Kieran ne savait pas comment Lif allait réagir, mais il n'y pensait pas trop, fermant les yeux. Ses joues rougirent de plaisir et la vague de chaleur qui envahissait son corps le fit frissonner. Il ne pourrait pas être plus heureux qu'en cet instant présent. Il appuya encore un peu sur le baiser avec passion, ne voulant pas stopper cet instant magique.
Mais Heka ne semblait pas du même avis que le garçon, et commença a lui sauter dessus pour une raison quelconque. Kieran desserra son étreinte et mit une fin au baiser un peu à contre coeur. Mais il ne pu s'empêcher de s'avancer une dernière fois pour simplement goûter à nouveau les lèvres sucrée de sa compagne, comme une sorte de signature au bas de la page. Son visage enfin séparé du sien, il fixait ses magnifiques yeux argentés avec amour, ne pouvant détacher son regard du sien, il affichait un petit sourire légèrement gêné.

_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eyjan-dreka.forumactif.fr/
Lif Eiksonn
Admin
avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 05/05/2012

Feuille de personnage
Âge:
Acolyte de...: personne pour le moment
Relations:

MessageSujet: Re: Ami, famille, révélation et titre niais [PV Kieran]   Dim 5 Aoû - 11:01

® code by Lif
Ami, famille, révélation et titre niais. Partie 11 :

♠ BAISERS ET RIRES NERVEUX ♠


Un grand rouquin apparu devant elle, enfin, elle ne voyait que ses pieds…mais très vite, son visage forcé à remonter, la jeune femme fut bien obligée de le regarder dans les yeux. Ce regard insistant, plein d’amour, fit rougir Lif. Une main passa derrière sa nuque, une autre au niveau de ses reins, son corps entier fut tiré vers celui de Kieran, ne laissant pas le temps à la pâtissière de bouger ses bras, stupidement collés sur le côté et ses avant-bras, stupidement collés à sa poitrine, mains côtes à côtes, maintenant aussi serrées contre le torse de son petit-ami.
Les yeux d’abord ouverts, il ne leur fallut pas longtemps avant de se fermer pour participer au baiser passionné que lui offrait Kieran. Peu lui importait que son frère se moque d’elle, peu lui important le temps que durerait leur relation, là, maintenant, elle était heureuse. Plus heureuse que jamais. La vie, le destin, s’était apparemment enfin décidé à la rendre heureuse, retrouvant l’amour dont elle avait besoin pour sourire aussi sincèrement qu’elle le pouvait.

La main de Kieran dans son dos agrippait légèrement son débardeur, le faisant légèrement remonter, mais peu lui importait. Le garçon, comme sa compagne, appuyèrent un peu plus sur leur baiser, mais quelque chose vint stopper leur moment. Heka sautant dans tous les sens, voulait, lui aussi, de l’intention venant de sa maîtresse. C’est contre leur gré, donc, que Lif et Kieran se séparèrent, mais avant que la jeune femme n’ait le temps de rouvrir les yeux, les lèvres de son ami entrèrent à nouveau en contacte avec les siennes, comme un baiser en promettant beaucoup d’autres.
Une fois séparée de l’illustrateur, la fille aux cheveux bruns mit une seconde avant de rouvrir les yeux, sans bouger ses bras encore collés à son propre corps. Les douces mains du rouquin avaient quitté sa nuque et son dos, et, ignorant le chien qui semblait s’être calmé (Surtout parce que Holm était venu le tirer hors de la scène), le couple se regarda dans les yeux. Une nouvelle flamme brillait dans ces quatre yeux, une flamme pleine d’amour et de passion. La bouche de la jeune femme était entre-ouverte, laissant passer une respiration haletante et timide. Puis, les lèvres de Kieran s’étirèrent dans un sourire légèrement gêné, une seconde plus tard, celles de Lif se fermèrent afin de gratifier le rouquin du même genre de rictus nerveux avant de sourire à pleines dents en laissant échapper un petit rire qui se calma immédiatement.

Cette nouvelle année que commençait Lif Eiksonn promettait d’être pleine de surprises, de surprises et de joies. Baissant timidement ses yeux vers ses propres mains qui n’avaient pas bougées, la jeune femme les plaça dans les poches de son jean, légèrement gênée avant de regarder Kieran à nouveau, en souriant. La jeune femme fit volte-face, se tournant vers la cuisine, et vit son frère qui venait de lâcher le clebs qui était allé faire chier le rouquin en courant. Assis sur le plan de travail qui séparait la cuisine du salon à nouveau, le garçon à la houppette sourit à Lif, non, ça n’était pas un sourire forcé, ça n’était pas un sourire moqueur, juste un sourire ravi et très sincère. Souriant timidement, sa petite sœur baissa son regard avant de le remonter vers le frangin, elle dit à voix haute en souriant à pleines dents :
« Oh, tais-toi ! »
Les joues un peu rouges, elle entra dans la cuisine et ouvrit le frigo pour y chercher…y chercher quoi ? Aucune idée en fait…Son cerveau encore chamboulé et son cœur encore retourné par ce qu’il venait de se passer, la jeune femme regardait les ingrédients comme si elle regardait dans le vide, sa main tenant la porte du frigo tremblait légèrement, mais elle, elle souriait comme une idiote. Un bras passa à côté de son corps, devant sa tête, choppant une brique de lait, Holm avait décidé de l’emmerder combien de temps encore ? En tous cas, la jeune femme ferma le frigo sans rien en sortir et s’assit…S’écrasa, sur le canapé. Ses jambes l’empêchait de tenir debout tant elles avaient tremblées. C’est uniquement une fois assise que son corps fonctionna plus ou moins normalement, son cœur reprit un rythme presque normal et sa respiration n’était plus saccadée. Lif ferma les yeux, espérant que Kieran viennent s’asseoir à côté d’elle, mais ce fut son frère ainé qui le fit. Comme pour l’embêter, comme pour empêcher son petit-ami de se mettre à côté d’elle, il s’était bien collé à elle, ne laissant aucun espace libre entre elle et lui. Il murmura :
« Alors, vous sortez ensemble ? »
Par réflexe, la jeune femme ouvrit les yeux et cria presque :
« ON EST PAS ENSEMBLE JE TE…Ah…si…autant pour moi… »
Elle venait de s’étonner elle-même, pendant une fraction de seconde, elle avait oublié tout ce qu’il s’était passé, tout, et ses habitudes avaient repris le dessus. Un petit rire nerveux s’échappa de sa gorge et elle passa son bras derrière la nuque de son frangin en disant :
« Tu dois être fier de toi hein ? Nous avoir surpris comme ça ! »
Sans hésiter en en souriant comme un gros crétin, Holm hocha la tête avec insistance, Lif frappa l'arrière du crâne du garçon en riant.

La matinée passa vite. La mère de Lif et la copine de son frangin ne tardèrent pas d'émerger de leur sommeil et Holm s’empressa de leur annoncer la nouvelle du jour comme un gosse sur-excité. D'abord, Layla et Una crurent à une plaisanterie, mais toutes deux regardèrent les personnes concernées, voyant leur proximité et leur comportement qui avait bien changé, elles en conclurent que Holm disait vrai sans faire de remarque supplémentaire. Trop occupée à jouer, Lif n'avait pas entendu l'échange, perdue dans son monde. La mère de famille prépara le repas de midi et ensemble, ils discutèrent de choses et d'autres. Au grand étonnement de Lif, mise à part quelques remarques de son frère, personne ne fit de remarque sur sa nouvelle situation amoureuse. Est-ce que sa mère et sa belle-sœur attendaient que la pâtissière leur montre d'elle-même?

C'est pendant un silence que notre protagoniste se leva, se dirigea vers la chaine hi-fi et mis un cd. Aucun mot n'avait sortit de sa bouche pendant toute l'action, et la musique commença. Un air de rock nommé [Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] démarra. Remplaçant une mèche de ses cheveux fins derrière son oreille droite, Lif tendit la main vers son frère, l'invitant à danser, un vaste sourire aux lèvres. C'était quand elle était heureuse qu'elle faisait cela, ayant envie de danser à tous rompre. Souriant en retour, Holm prit la main offerte et fut entraîné dans une danse improvisée, sa sœur le guidant à moitié. En rythme, lâchant les mains, les reprenant,tournant sur elle-même, Lif s'amusait comme une folle sans faire attention à ce qu'il se passait autour. Tout à coup, le son s'arrêta. Épuisé, l'ainé s'assit, essoufflé.
Moqueuse, sa frangine dit:
« Faut que tu fasses plus de sport grosse loque! »
Puis rit doucement. Une[Seuls les administrateurs ont le droit de voir ce lien] démarra, bien plus douce, un poil romantique. Un nouveau sourire, doux, plein d'amour, se dessina sur le visage de la jeune femme, elle avait uniquement mis ce CD pour cette chanson. Sa main se tendit vers son petit-ami, son regard argenté dans le rouge des yeux de Kieran, un regard disant "je t'aime, dansons"



_________________
[Seuls les administrateurs ont le droit de voir cette image]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://eyjan-dreka.forumactif.fr
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ami, famille, révélation et titre niais [PV Kieran]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ami, famille, révélation et titre niais [PV Kieran]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» DAN X BICHON MALE 2 ANS (SANS FAMILLE 89)
» souvenir du passé....(libre)(pas d idée de titre)
» Le Seigneur des Anneaux, autre titre ?
» Dragons et tyranides…Même famille ? (réservé) [Caîn et Koskyo]
» Deux nouveaux amis de la même famille (PV avec nuage de feu)(fini)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Eyjan Dreka Rpg :: L'île :: Gréine :: Habitations :: Appartement de Lif Eiksonn-
Sauter vers: